L'histoire

Odon de Bayeux

Odon de Bayeux


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Odon de Bayeux (d. 1097 CE) était l'évêque de Bayeux en Normandie et demi-frère de Guillaume le Conquérant (r. Après la conquête normande de l'Angleterre en 1066 CE, Odo a reçu de vastes domaines anglo-saxons et fait, comme le Comte de Kent, le deuxième homme le plus puissant d'Angleterre après le roi. L'évêque-comte agissait souvent comme régent chaque fois que Guillaume se rendait en Normandie, et il est aussi le candidat le plus probable comme parrain de la Tapisserie de Bayeux qui, faite entre 1067 et 1079 CE, enregistre les événements clés de la conquête et présente Odo dans un rôle de premier plan dans le drame. Après la conquête, Odo est tombé en disgrâce auprès de Guillaume, peut-être en se présentant comme candidat au pape. Ambitieux et immensément riche, Odo est dépeint diversement comme un souverain talentueux et juste ou un pilleur impitoyable de terres et de monastères, selon la source médiévale que l'on privilégie.

Début de la vie

L'année de naissance d'Odon n'est pas connue, bien que certains historiens suggèrent autour de 1030 CE, cependant, nous savons qu'il était le demi-frère de Guillaume, duc de Normandie, partageant la même mère, Herleve de Falaise, fille d'un riche marchand en Rouen. Le père d'Odon était le noble normand, Herluin de Conteville. Guillaume, dans une nomination très inhabituelle, a nommé son frère adolescent évêque de Bayeux en 1049 EC. Selon Guillaume de Poitiers (d. c. 1090 CE), souvent un enregistreur flatteur d'actes normands :

Cet Odon, évêque de Bayeux, était connu pour exceller dans les affaires à la fois ecclésiastiques et laïques. En premier lieu, sa bonté et sa prudence sont attestées par l'église de Bayeux qu'avec un grand zèle il mit en excellent ordre et embellit, car bien que jeune en âge, il était plus mûr en capacité que les hommes plus âgés. Ensuite, il a servi toute la Normandie et y a ajouté de la distinction. Dans les synodes consacrés aux affaires du Christ, dans les conciles où l'on discutait des affaires profanes, il se distingua à la fois par son discernement et son éloquence. Tous s'accordaient à dire qu'en munificence il n'avait pas d'égal dans toute la France.

(cité dans Allen Brown, 39)

Comte de Kent

Odo a rejoint la force d'invasion de son frère William pour attaquer l'Angleterre en 1066 CE - en effet, il avait été appelé à lui fournir 100 navires - et était même présent à la bataille d'Hastings de cette année-là. En tant qu'évêque, son rôle officiel était d'offrir des prières pour la victoire et de fournir un soutien moral, mais il est représenté comme étant réellement au milieu des combats dans la Tapisserie de Bayeux, l'histoire visuelle normande de la conquête créée peu de temps après (voir ci-dessous). Odo était également en Angleterre en tant qu'administrateur compétent, agissant comme justicier de William ou agent de justice. Il semble alors qu'Odon était un évêque très inhabituel et tout aussi intéressé par les affaires du monde que par les affaires ecclésiastiques. Il est intéressant de noter que même son propre sceau reflétait cette dualité, représentant sur une moitié un évêque tenant son bâton de fonction et un chevalier avec une épée sur l'autre.

Après la bataille d'Hastings et à la suite de la politique de William de redistribuer ses nouvelles terres autrefois détenues par l'élite anglo-saxonne conquise entre les mains de loyaux Normands, Odo fut nommé comte de Kent, un comté qui comprenait les nouveaux châteaux de Douvres et Rochester, et on lui a donné de grandes étendues de terre ailleurs en Angleterre. Pratiquement le deuxième homme le plus puissant du pays après le roi Guillaume, Odon deviendrait propriétaire de vastes domaines dans 22 comtés. La plupart des terres d'Odo, cependant, se trouvaient dans le Kent, le Buckinghamshire, le Hertfordshire et le Lincolnshire, le 1087 CE Domesday Book enregistrant leur valeur à 3 000 livres.

Lorsque Guillaume Ier retourna sur ses terres de Normandie, comme il le fit fréquemment pendant son règne, Odon agissait souvent comme régent.

Lorsque William retourna sur ses terres en Normandie, comme il le fit fréquemment pendant son règne, Odon agissait souvent en tant que régent avec William FitzOsbern, comte de Hereford. Comme Odo a acquis de nombreuses terres auparavant détenues par des institutions ecclésiastiques, en particulier des monastères, cela peut expliquer pourquoi les chroniqueurs anglais médiévaux, eux-mêmes attachés à de telles institutions, peignent souvent un portrait de caractère plutôt sombre d'Odo. Il vaut peut-être la peine de noter, cependant, que les documents des abbayes de Saint-Augustin, Saint-Albans et Cantorbéry, et de l'évêché de Rochester louent tous le comte pour son soutien et sa protection. Dans l'ambiguïté typique de toute la conquête normande, les archives médiévales anglo-saxonnes dépeignent Odon comme un seigneur rapace et les sources normandes le présentent comme un propriétaire terrien soucieux de promouvoir la paix et la justice.

Odon et la tapisserie de Bayeux

La célèbre Tapisserie de Bayeux n'est pas en fait une tapisserie tissée mais une pièce de lin brodée à plusieurs bandes fixée sur un support en tissu. Mesurant 68,38 mètres (224 pi) de longueur et 50 cm (20 pouces) de largeur, il présente 58 scènes de la conquête normande de l'Angleterre et des événements qui y ont mené. Odo a longtemps été l'un des principaux candidats pour les sponsors de la tapisserie ou en tant que destinataire prévu de l'œuvre finie. C'est parce qu'il occupe une place si importante dans l'œuvre elle-même. Un deuxième indice est que le lieu le plus probable de la production de la tapisserie était Canterbury, en Angleterre. La connexion anglaise est suggérée par le style des scènes cousues qui ressemblent à celles vues dans les manuscrits anglo-saxons et par le fait que Cantorbéry avait une célèbre école de broderie à l'époque. De plus, le texte latin contient souvent des mots épelés à la manière anglaise. Odo était, bien sûr, le comte de Kent, le comté auquel appartient Cantorbéry.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

La tapisserie finie était probablement exposée de temps en temps au public à l'intérieur de la cathédrale de Bayeux, bien que la première référence à celle-ci dans un texte n'apparaisse qu'en 1476 de notre ère lorsqu'elle est répertoriée dans l'inventaire de la cathédrale. Pourtant, c'est un autre lien avec Odo, et certains chercheurs suggèrent même que la tapisserie a d'abord été accrochée dans la grande salle de la résidence privée d'Odo, dans le Kent ou en Normandie. Odo apparaît le plus célèbre dans la tapisserie quand il raconte la période juste après le premier débarquement de Guillaume le Conquérant dans le sud de l'Angleterre. Outre des scènes de soldats normands pillant et cuisinant dans leurs camps, l'évêque Odo est assis à une table pour bénir le repas, le tout remarquablement comme une illustration d'un manuscrit de Cantorbéry de la Cène du Christ.

Lorsque la tapisserie atteint la bataille d'Hastings, Odo est montré vêtu d'une armure de chaîne complète et brandissant une énorme masse ou un bâton (bien qu'il puisse simplement s'agir d'un bâton de commandement) afin qu'il puisse contribuer à la victoire mais pas verser le sang que les évêques étaient interdit de faire. Le texte latin au-dessus de cette scène se traduit par Odo rallie les Normands alors que les Anglais défendent farouchement leur terrain. Dans une autre scène, plus paisible, Odon est assis à côté de Guillaume, avec leur frère Robert de Mortain de l'autre côté du trône.

Vie tardive et défaveur

Bien qu'extrêmement puissant en Angleterre, Odon n'a pas négligé ses autres responsabilités en Normandie. En juillet 1077 de notre ère, la reconstruction de la cathédrale de Bayeux fut finalement achevée puis consacrée par Odon en personne lors de l'une de ses nombreuses visites en Normandie après la Conquête. Trois ans plus tard et de retour sur le sol anglais, il a participé aux campagnes du nord de 1080 CE, aux côtés de Robert Curthose (un fils de Guillaume le Conquérant), qui a réussi à faire face aux raids continus sur le Northumberland depuis l'Écosse. Odo a été rapporté par Siméon de Durham (d. 1129 CE) avoir ravagé les terres du nord de l'Angleterre lors de son passage, pillant tristement la cathédrale de Durham, volant un bâton d'évêque orné et tuant et mutilant brutalement des innocents.

William a surmonté toutes les loyautés familiales qu'il aurait pu avoir et a arrêté Odo en 1082 CE.

Toujours ambitieux, Odo envisagea peut-être de devenir le prochain pape et forma même une armée privée de chevaliers afin de présenter sa candidature, ayant déjà préparé le terrain en achetant un somptueux palais à Rome et en remplissant les poches de familles influentes là-bas. Une version alternative des événements est qu'Odo a planifié le contraire et avait l'intention de se rendre à Rome pour protéger le pape de la menace du Saint Empire romain. D'autres motifs possibles de sa chute sont des accusations concernant sa gestion impitoyable de grandes parties de l'Angleterre et même un complot visant à usurper William en tant que roi. Il se peut que le roi soit fatigué des ambitions de son frère et du remplissage de ses propres poches avec les fonds de l'église. Bien que les raisons précises de la brouille ne soient pas connues, William a surmonté toutes les loyautés familiales qu'il aurait pu avoir et a arrêté Odo en 1082 CE. L'évêque-comte fut jugé devant le roi en Normandie et emprisonné au château de Rouen. Peut-être de manière significative, Odo a été autorisé à garder ses terres, et lorsque son frère a été grièvement blessé en tombant de cheval en 1087 CE, il a reçu un pardon sur son lit de mort et a été libéré. Lorsque le fils de Guillaume, Guillaume II Rufus, hérita du trône (r. 1087-1100 de notre ère), le nouveau roi n'avait absolument aucun temps pour son oncle intrigant, qui s'était rangé du côté de son ancien collègue d'armes Robert Curthose dans le différend pour la couronne anglaise. Ainsi, Odo a perdu son château de Rochester lors d'un siège, ses terres ont été confisquées et il a été définitivement exilé d'Angleterre.

Un aventurier jusqu'au dernier, Odo a décidé de rejoindre la Première Croisade (1095-1102 CE), bien qu'il ait probablement bien plus de soixante ans à ce moment-là. En route vers le Moyen-Orient, Odo s'est arrêté en Sicile tenue par les Normands en janvier 1097 CE. Cela devait être aussi proche qu'Odon est arrivé en Terre Sainte car il y est mort de maladie. Assez ironiquement, pour un homme si lié à l'histoire de la Normandie et de l'Angleterre, Odon serait enterré loin de chez lui dans la cathédrale de Palerme.


Voir la vidéo: The Bayeux Tapestry - all of it, from start to finish (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Zulukree

    Wacker, la phrase brillante et opportune

  2. Tudal

    C'est remarquable, c'est la réponse amusante

  3. Mikalrajas

    Désolé pour l'interférence ... j'ai une situation similaire. Vous pouvez discuter.

  4. Kaden

    Il me semble remarquable l'idée est

  5. Aisley

    Il y a quelque chose.Merci pour l'aide dans cette question, mieux c'est, mieux c'est ...

  6. Corydon

    Le message incomparable est très intéressant pour moi :)



Écrire un message