L'histoire

Venture II PC-826 - Historique

Venture II PC-826 - Historique



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Entreprise II

(PC-826 : dp. 138 (f.); 1. 110'0"; b. 17'6", dr. 6'0" (moyenne) (f.); s. 17 k. (tl.) ; cpl. 24 ; a. 2 .50-cal. mg.,4 de.)

Vixen, un yacht à coque en bois construit en 1931 par la Consolidated Shipbuilding Corp. à New York, a été acquis le 27 décembre 1941 ; désigné PC 826; et mis en service le 10 mars 1942.

Le PC-826 a été affecté au 3e district naval et, pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale, a escorté des convois côtiers le long du littoral compris dans le 3e district naval et a participé aux recherches de sous-marins allemands signalés. Cependant, toute sa carrière semble s'être déroulée sans aucune action de combat. Le 15 juillet 1943, le PC-826 devient Venture et reçoit la désignation PYc-51. Le 25 septembre 1944, il a été réduit du statut "en commission" au statut "en service" et a continué ainsi pendant les 13 mois restants de sa carrière dans la Marine. Après la fin de la guerre, le yacht fut mis hors service à New York le 10 octobre 1945 ; et son nom a été rayé de la liste Marine le 24 octobre. Le 12 avril 1946, il est livré au poste d'amarrage de la War Shipping Administration situé à Long Island, dans l'État de New York, pour être vendu.


Venture II PC-826 - Historique

Où va l'Amérique pour les pièces et accessoires OEM Yamaha

Livraison gratuite sur toutes les commandes de plus de 75 $ (commandes par voie terrestre aux États-Unis uniquement)

Article(s) ajouté(s) à votre panier.

1968 SL350

À l'origine de toutes les motoneiges Yamaha, cette élégante machine blanche a été présentée comme modèle d'essai avec une technologie tirée de plus d'une décennie de fabrication de motos.

1969 SL351

Le SL351, le premier modèle de production complet de Yamaha, a introduit les carburateurs à injection d'huile et à tiroir dans l'industrie de la motoneige - des caractéristiques qui sont encore utilisées aujourd'hui.

1970 SS396

Le SS396 offrait un haut niveau de performances pour l'époque. Sa conception de silencieux « à impulsions » offrait des performances que les passionnés de motoneige recherchaient.

1971 SW396

Les premières motoneiges Yamaha avec marche arrière étaient les SW396 et SW433.

1972 GP433

Le GP433 était un modèle de production standard qui a immédiatement rencontré le succès sur les circuits de course professionnels ainsi que chez les concurrents d'arrière-cour

1972 EW643

Les premières motoneiges Yamaha avec démarrage électrique pratique étaient les EW643 et EW433.

1973 SR433

Cette incroyable machine de course se vantait d'une maniabilité et d'une vitesse impressionnantes qui laissaient même les motoneiges de 650 cm3 derrière.

1973 SM292

Le SM292 a monté le moteur monocylindre éprouvé du SL292 sur un nouveau châssis compact et léger. La combinaison a donné à ce modèle une maniabilité réactive et un excellent rapport poids/puissance.

1974 GPX433

Conçu spécifiquement pour les courses ovales de la classe Stock, le GPX433 était doté d'un moteur monté à l'avant et de la première suspension arrière à glissière de production de Yamaha qui offrait une avancée révolutionnaire en termes de performances et de maniement. Avec son petit frère, le GPX338, ces machines dominaient la compétition sur circuit.

1976 SRX440

Le premier traîneau de production Yamaha à refroidissement liquide. Le système de refroidissement innovant du radiateur / échangeur de chaleur de ce modèle haute performance a introduit une nouvelle technologie dans le sport, mais ce sont les victoires de la motoneige sur la piste qui en ont fait une légende. Le SRX340 refroidi par liquide a également été introduit cette même année.

1976 Excitatrice 440

Avec un moteur à refroidissement par air forcé construit sur le châssis GPX éprouvé en course, l'Exciter 440 a offert des performances à tous les membres de la famille, de l'amateur de sport au motoneigiste de tourisme.

1977 Encodeur 250

L'Enticer 250 comportait un nouveau moteur monocylindre logé dans un boîtier léger et compact. Sa bande de puissance conviviale, son poids léger, sa position large et sa piste courte offrent une maniabilité réactive et excitante.

1979 Excel V

Conçu pour les motoneigistes qui voulaient rouler longtemps et loin dans un confort ultime, l'EC540 était doté d'une chenille de 16,5 pouces et d'un démarrage électrique de série.

1980 SRV

La SRV a été la première motoneige à utiliser la conception de la suspension à jambe de force télescopique (T.S.S.) de Yamaha. La machine s'est particulièrement bien comportée sur les terrains accidentés typiques des courses de cross-country.

1982 Bravo

Premier modèle de la célèbre gamme Bravo, le BR250 a séduit tout le monde, des débutants aux vétérans, grâce à son moteur compact et son châssis incroyablement léger. Le Bravo a établi la norme pour les machines légères.

1983 SRV

En introduisant la première suspension arrière « ProAction » de Yamaha sur ce modèle, le SRV est devenu célèbre pour offrir une qualité de roulement supérieure aux modèles concurrents.

1984 Phazer

Développé pour offrir une vraie conduite sportive dans une variété de conditions, le Phazer était léger et comportait un moteur refroidi par ventilateur puissant et léger et un carénage aérodynamique monté sur le guidon qui a ouvert une nouvelle ère en motoneige. La Phazer allait devenir la motoneige la plus vendue au monde et propulser Yamaha au premier rang.

1986 Invité

L'Inviter comportait une position de conducteur assis unique qui s'écartait audacieusement des conceptions de traîneau courantes de l'époque.

1987 Excitateur L/C

Une motoneige qui porte bien son nom, l'Exciter s'est appuyée sur le succès de la Phazer en introduisant une puissance bicylindre refroidie par liquide dans un superbe ensemble. Le carénage monté sur le guidon exclusif à Yamaha a continué de distinguer cette motoneige de la concurrence.

1988 Snoscoot

Une quantité incroyable de plaisir dans un petit emballage, le SnoScoot a été un succès auprès des enfants de tous âges. Le SnoScoot utilisait un moteur de scooter 80cc et un cadre tubulaire léger pour une direction complètement différente de celle des motoneiges typiques de son époque. Cette machine unique a été conçue pour attirer de nouveaux pilotes vers le sport.

1988 VK 540

Révélation sur le marché des machines utilitaires, le VK 540 était doté d'une voie de 20" de large, 156" de long, d'une marche arrière et d'une sélection de vitesse haute/basse. Le modèle robuste a conquis le cœur de beaucoup et est devenu la norme en matière de motoneige utilitaire.

1991 Excitatrice II

L'Exciter II était doté de cylindres plaqués à revêtement de dispersion légers et durables, d'un C.D.I. numérique de pointe, d'un système d'embrayage à grand rapport, d'une nouvelle suspension arrière ProAction et d'un nouveau style de capot.

1992 Vmax-4

Véritable machine révolutionnaire, la Vmax-4 comportait un impressionnant moteur quatre cylindres et l'une des cylindrées les plus élevées de son époque. L'un des premiers véritables "musclesleds", le Vmax-4 a remporté d'innombrables récompenses de la presse de l'industrie et des victoires sur les pistes de course, où il était presque imparable.

1993 Exciter II SX

Une évolution de la lignée Exciter, l'Exciter II SX utilisait un T.S.S. avant pour des virages plus agressifs. Un succès immédiat auprès des amateurs de haute performance partout.

1994 Vmax 600

Le Vmax 600 a relevé la barre en associant puissance et confort de conduite dans un superbe ensemble. En plus de la Vmax 600, Yamaha a également présenté une gamme complète de modèles 600cc et 500cc avec des versions de tourisme de luxe, de tourisme 2-up et de longue piste pour neige profonde. Des éléments de style clés ont été tirés du puissant Vmax-4 pour donner aux modèles Vmax une forte identité Yamaha.

1995 Vmax 800

Une version plus avancée et plus puissante du modèle 1992, cette nouvelle Vmax-4 avait 800cc de pur muscle 4 cylindres rugissant sous son capot. Il reste une force dans les courses de dragsters à ce jour, près de 10 ans après sa sortie initiale.

1996 Vmax 600 XT

La Vmax 600 XT est devenue la motoneige de choix pour les motards à la recherche d'un moteur puissant et d'une superbe suspension à long débattement. Le XT était parfait pour ceux qui voulaient des performances impressionnantes dans un ensemble confortable.

1997 Vmax 700 SX

La Vmax 700 SX est tout simplement l'une des meilleures motoneiges de tous les temps. Universellement salué par la presse de l'industrie, le traîneau comportait une toute nouvelle conception de bras oscillant qui offrait une maniabilité acérée et le premier moteur à trois cylindres de Yamaha. En plus de la puissance douce et linéaire de la motoneige, l'ensemble était de loin la machine la plus légère de sa catégorie grâce à un châssis innovant et léger

1998 SRX 700

Le SRX 700 a poursuivi la légende du SRX en offrant une puissance à trois tuyaux et une conduite précise dans un ensemble superbe - dominant complètement la catégorie des motoneiges de haute performance, à la fois dans les ventes et en compétition. Ce modèle comprenait les premières soupapes de puissance d'échappement autonettoyantes de l'industrie.

2000 Montagne Max 700

La Mountain Max 700 était la motoneige parfaite pour la conduite en montagne. Avec une conception exclusive de chenilles à crampons profonds de 141 pouces, la puissance immédiate de son moteur léger à trois cylindres et la flottaison incroyable de la suspension arrière ProAction Mountain, le Mountain Max 700 excellait dans la poudreuse profonde, dans les montées raides et même sur les sentiers de montagne défoncés.

2000 SX700R

Lors de son introduction, le SX 700 R était peut-être la meilleure machine de piste jamais conçue, selon la presse de motoneige. Propulsée par l'élégant moteur à trois cylindres monocanal de Yamaha, la SX-R était dotée d'une suspension exceptionnelle, permettant aux pilotes de parcourir facilement les terrains les plus difficiles.

2002 SX Viper

Preuve de l'attrait du SXViper, il s'agissait du modèle le plus vendu de l'industrie en 2002. Bien plus qu'un simple point de repère du design avec son style agressif, ses lignes fluides et son ergonomie impressionnante, le SXViper est une machine de trail incroyable avec son puissant monocylindre triple moteur tubulaire, châssis léger mais rigide et une superbe maniabilité.

2003 RX-1

Le RX-1 a changé l'apparence, la sensation et le son des motoneiges haute performance. Combinant la technologie du moteur de moto à quatre temps avec une toute nouvelle configuration de châssis, le RX-1 offre la combinaison optimale de performances, de maniabilité, de durabilité et de style à quatre temps. La RX-1 est la première motoneige haute performance à quatre temps de l'industrie.

Pour contacter quelqu'un des ventes, appelez le 908-483-5329

e-mail à : [email protected]
Veuillez contacter notre Webmaster pour toute question ou commentaire.

Copyright yamahapart.com. Tous les droits sont réservés. Aucune partie de ce site Web ne peut être reproduite sans le consentement écrit du propriétaire.
Ecardals Amérique Inc.
300 Route 202
Flemington, New Jersey 08822
908-483-5329

Besoin de pièces Yamaha ? APPELEZ 908-483-5329

Yamaha Waverunner, pièces d'origine pour motos, VTT, côte à côte, utilitaires, bateaux de sport et motoneiges
yamahapart.com Pièces et accessoires OEM Yamaha jusqu'à 40 % de réduction sur le PDSF. Expédition rapide et grand inventaire, c'est là que l'Amérique va pour toutes ses pièces OEM Yamaha. Présenté depuis plus de 12 ans par Yamaha, le principal fournisseur de pièces OEM agréé en ligne.

Où l'Amérique va pour les motos Yamaha Cruiser, Sport et Offroad, les VTT sport et utilitaires, les motoneiges et les motomarines, nous les avons tous des motos YZF-R1, motos YZF-R6 à Yamaha Apex et Nytros. Consultez nos pièces en ligne. Les outils de recherche de fiches en ligne simplifient la recherche des pièces OEM correctes grâce à la commande en ligne qui peut être effectuée directement à partir des schémas de pièces illustrés. Nous les avons tous, nous pouvons vous aider à obtenir un nouvel échappement Yamaha, un nouveau siège Yamaha, à augmenter les performances Yamaha, des pièces de course Yamaha ou même un nouvel embrayage Yamaha carb ou yamaha.


Code californien, Code gouvernemental - GOV § 68152

Le greffier du tribunal de première instance peut détruire les dossiers du tribunal en vertu de l'article 68153 après avis de destruction, et s'il n'y a pas de demande et d'ordonnance de transfert des dossiers, à l'exception de l'historique complet et des exemples de dossiers de la cour supérieure conservés à des fins de recherche en vertu des règles de la Cour de Californie, lorsque les délais suivants ont expiré après la date de la décision définitive de l'affaire dans les catégories énumérées :

(a) Actions et procédures civiles, comme suit :

(1) Sauf indication contraire : conserver 10 ans.

(2) Affaires civiles illimitées, affaires limitées et affaires de petites créances, y compris après procès de novo, le cas échéant, sauf indication contraire : conserver pendant 10 ans.

(3) Jugements civils pour les affaires civiles illimitées : maintien permanent.

(4) Jugements civils pour les affaires limitées et les petites créances : à conserver pendant 10 ans, à moins que le jugement ne soit renouvelé. En cas de renouvellement du jugement, retenir le jugement pour la durée du renouvellement conformément à l'article 2 (à partir de l'article 683.110 ) du chapitre 3 de la section 1 du titre 9 de la partie 2 du Code de procédure civile.

(5) Si une partie dans une affaire civile comparaît par un tuteur ad litem : conserver pendant 10 ans après la fin de la compétence du tribunal.

(6) Harcèlement civil, violence familiale, violence envers les personnes âgées et les adultes à charge, violence dans les écoles postsecondaires privées, violence armée et violence au travail : conserver pour la même période que la durée de l'ordonnance d'interdiction ou d'autres ordonnances et de tout renouvellement de celles-ci, puis conserver les ordonnances d'interdiction ou d'autres ordonnances de façon permanente en tant que jugement 60 jours après l'expiration de l'ordonnance d'interdiction temporaire ou d'autres ordonnances provisoires conserver les jugements établissant la paternité en vertu de l'article 6323 du Code de la famille de façon permanente.

(7) Droit de la famille, sauf indication contraire : conserver pendant 30 ans.

(8) Adoption : conserver définitivement.

(9) Parenté : conserver définitivement.

(10) Changement de nom, de genre ou de nom et de genre : conserver définitivement.

(A) Successions du défunt : conserver en permanence toutes les ordonnances, jugements et ordonnances du tribunal, tous les inventaires et évaluations, et tous les testaments et codicilles du défunt déposés dans l'affaire, y compris ceux qui ne sont pas admis à l'homologation. Tous les autres documents : à conserver pendant cinq ans après la disposition finale de la procédure successorale.

(B) Testaments et codicilles transférés ou remis au tribunal conformément aux articles 732, 734 ou 8203 du Code des successions : à conserver de façon permanente. Pour les testaments et codicilles remis au greffier du tribunal en vertu de l' article 8200 du Code des successions , conservez les documents originaux comme prévu à l' article 26810 .

(C) Substituts pour l'administration des successions :

(i) Procédures d'affidavit pour les biens immobiliers de faible valeur en vertu du chapitre 3 (commençant par l'article 13100 ) de la partie 1 de la division 8 du Code des successions : à conserver de façon permanente.

(ii) Procédure pour déterminer la succession aux biens en vertu du chapitre 4 (à partir de l'article 13150) de la partie 1 de la division 8 du Code des successions : conserver en permanence tous les inventaires, évaluations et ordonnances du tribunal. Autres documents : à conserver pendant cinq ans après la décision finale de la procédure.

(iii) Procédure de détermination des biens transmis ou appartenant au conjoint survivant en vertu du chapitre 5 (à compter de la section 13650) de la partie 2 de la division 8 du Code des successions : conserver en permanence tous les inventaires, évaluations et ordonnances judiciaires. Autres documents : à conserver pendant cinq ans après la décision finale de la procédure.

(D) Les tutelles : conserver en permanence toutes les ordonnances du tribunal. Documents des fiducies établies en vertu d'un jugement substitué conformément à l'article 2580 du Code des successions : à conserver tel que prévu à la clause (iii) du sous-paragraphe (G). Autres documents : conserver pendant cinq ans après la plus tardive des dates suivantes : (i) la décision finale de la procédure de tutelle, ou (ii) la date du décès du mandataire, si cette date est divulguée dans le dossier du tribunal.

(E) Tutelles : conserver de façon permanente les ordonnances mettant fin à la tutelle, le cas échéant, et les ordonnances judiciaires réglant le compte final et ordonnant la distribution de la succession. Autres documents : conserver pendant cinq ans après la plus tardive des dates suivantes : (i) la décision finale de la procédure de tutelle, ou (ii) la première entre la date du décès du pupille, si cette date est divulguée dans le dossier du tribunal, ou la date à laquelle le salle atteint l'âge de 23 ans.

(F) Compromis de la réclamation ou de l'action d'un mineur ou d'une personne handicapée, et disposition du jugement pour les mineurs et les personnes handicapées en vertu de l'article 372 du Code de procédure civile et du chapitre 4 (commençant par l'article 3600 ) de la partie 8 de la section 4 du Code des successions :

(i) Conserver de façon permanente les jugements en faveur des mineurs ou des personnes handicapées, les ordonnances approuvant les compromis de réclamations et d'actions et la disposition du produit des jugements, les ordonnances ordonnant le paiement des dépenses, frais et honoraires, les ordonnances ordonnant les dépôts sur des comptes bloqués et les reçus et accusés de réception de ces ordres, et les ordres de retrait de fonds de comptes bloqués.

(ii) Conserver les autres dossiers pendant la même période de conservation que pour les dossiers du dossier sous-jacent. S'il n'y a pas de cas sous-jacent, conserver pendant cinq ans après la plus tardive des deux dates suivantes : (I) la date d'inscription de l'ordre de paiement ou de remise du solde final de l'argent ou des biens, ou (II) la date la plus rapprochée de la date de le décès du mineur, si cette date est divulguée dans le dossier du tribunal, ou la date à laquelle le mineur atteint l'âge de 23 ans.

(i) Procédures en vertu de la partie 5 (commençant par l'article 17000 ) de la division 9 du Code des successions : conserver de façon permanente.

(ii) Fiducies créées par jugement substitué en vertu de l'article 2580 du Code des successions : conserver en permanence tous les actes de fiducie et les ordonnances du tribunal. Autres enregistrements : à conserver tant que le dossier de tutelle sous-jacent est conservé.

(iii) Fiducies ayant des besoins spéciaux : conserver en permanence tous les actes de fiducie et les ordonnances des tribunaux. Autres dossiers : conserver jusqu'à la dernière des dates suivantes : (I) la date de conservation des « autres dossiers » dans le dossier de tutelle ou de tutelle du bénéficiaire en vertu du sous-paragraphe (D) ou (E), le cas échéant, ou (II) cinq ans après la date de le décès du bénéficiaire, si cette date est divulguée au dossier du tribunal.

(H) Toutes les autres procédures en vertu du Code des successions : conserver comme prévu pour les affaires civiles.

(A) Lanterman Developmental Disabilities Services Act : à conserver pendant 10 ans.

(B) Lanterman-Petris-Short Act : conserver pendant 20 ans.

(C) Audiences de Riese (capacité) en vertu des articles 5333 et 5334 du Code de la protection sociale et des institutions : à conserver pour la dernière des dates suivantes : (i) 20 ans après la date de l'ordonnance de détermination de la capacité, ou (ii) la date de conservation des dossiers judiciaires de le traitement involontaire sous-jacent ou la procédure d'engagement, le cas échéant.

(D) Pétitions en vertu du chapitre 3 (à partir de la section 8100) de la section 8 du Code de la protection sociale et des institutions pour la restitution des armes à feu aux pétitionnaires qui les ont remises aux forces de l'ordre alors qu'elles étaient détenues dans un établissement de santé mentale : à conserver pendant 10 ans.

(13) Domaine éminent : conserver définitivement.

(14) Biens immobiliers autres que ceux détenus illégalement : à conserver de façon permanente si l'action affecte un titre ou un intérêt dans un bien immobilier.

(15) Détention illégale : conserver pendant un an si le jugement est uniquement pour la possession des lieux conserver pendant 10 ans si le jugement est pour l'argent, ou l'argent et la possession.

(b) Nonobstant la sous-section (a), toute affaire civile ou de petites créances devant le tribunal de première instance :

(1) Licencié involontairement par le tribunal pour retard dans les poursuites ou non-respect des règles nationales ou locales : conserver pendant un an.

(2) Licencié volontairement par une partie sans inscription de jugement : conserver pendant un an.

c) Actions et procédures pénales, comme suit :

(1) Crime capital dans lequel le prévenu est condamné à mort, et tout crime entraînant une peine d'emprisonnement à perpétuité ou à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle : conserver en permanence, y compris les dossiers des cas de tous les codéfendeurs et de tous les cas connexes, quelle que soit la disposition. Aux fins du présent paragraphe, « le crime passible de la peine de mort » désigne le meurtre avec des circonstances particulières lorsque l'accusation demande la peine de mort. Les dossiers des affaires de codéfendeurs et des affaires connexes qui doivent être conservés en vertu du présent paragraphe doivent être limités aux affaires qui sont factuellement liées ou liées à l'infraction reprochée, qui sont identifiées dans la salle d'audience et qui sont versées au dossier. Si un crime capital fait l'objet d'une peine inférieure à la peine de mort, ou d'un emprisonnement à vie ou à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, le jugement sera conservé de façon permanente et le dossier sera conservé pendant 50 ans ou pendant 10 ans après l'avis officiel écrit notification du décès du prévenu. Si un crime capital fait l'objet d'un acquittement, le dossier est conservé pendant 10 ans.

(2) Crime, sauf indication contraire, et dans toute affaire de crime ou de délit entraînant l'obligation pour le défendeur de s'inscrire comme délinquant sexuel en vertu de l'article 290 du Code pénal : conserver le jugement de façon permanente. Pour tous les autres documents : conserver pendant 50 ans ou la durée maximale de la peine, selon la plus longue des deux. Cependant, tout document autre que le jugement peut être détruit 10 ans après le décès du défendeur. Dossiers criminels qui n'incluent pas de condamnation définitive ou autre décision définitive parce que l'affaire était liée d'une ancienne cour municipale à la cour supérieure et n'était pas déjà regroupée avec le dossier criminel de la cour supérieure : à conserver pendant 10 ans à compter de la décision du supérieur procès.

(3) Crime réduit en délit : retenir conformément au délai de conservation du délit concerné.

(4) Crime, si l'accusation est rejetée, sauf dans les cas prévus au paragraphe (6) : conserver pendant trois ans.

(5) Délit, si l'accusation est rejetée, sauf dans les cas prévus au paragraphe (6) : conserver pendant un an.

(6) Licenciement en vertu de l'article 1203.4 ou 1203.4a du Code pénal : conserver pour la même durée de conservation que pour les dossiers de l'affaire sous-jacente. Si les dossiers de l'affaire sous-jacente ont été détruits, conservez-les pendant cinq ans après le licenciement.

(7) Délit, sauf indication contraire : conserver pendant cinq ans. Pour les délits alléguant une violation de l'article 23103, 23152 ou 23153 du Code du véhicule : conserver pendant 10 ans.

(8) Délit alléguant une violation de la marijuana en vertu de la sous-section (b) ou (c) de l'article 11357 du Code de la santé et de la sécurité, ou de la sous-section (b) de l'article 11360 du Code de la santé et de la sécurité : les dossiers doivent être détruits ou expurgés dans conformément à la sous-section (c) de l'article 11361.5 du Code de santé et de sécurité , deux ans à compter de la date de la condamnation, ou à compter de la date de l'arrestation si aucune condamnation, si l'affaire n'est plus sujette à révision en appel, toutes les amendes applicables et les frais ont été payés et le défendeur s'est conformé à toutes les conditions de la peine ou de l'octroi de la probation. Tel que prévu à la sous-section (a) de l'article 11361.5 du Code de santé et de sécurité et au paragraphe (5) de la sous-section (e) du présent article, les dossiers d'une infraction alléguant une violation de la marijuana en vertu de la sous-section (d) de l'article 11357 de la Loi sur la santé et la Le Code de sécurité doit être conservé jusqu'à ce que le délinquant atteigne l'âge de 18 ans, date à laquelle les dossiers doivent être détruits conformément à la sous-section (c) de l'article 11361.5 du Code de santé et de sécurité .

(9) Délit réduit à une infraction : retenir conformément au délai de conservation de l'infraction concernée.

(10) Infraction, sauf indication contraire : conserver pendant un an. Infraction au code du véhicule : conserver pendant trois ans. Infraction alléguant une violation de la marijuana en vertu de la sous-section (a) de la section 11357 du Code de santé et de sécurité : si les dossiers sont conservés au-delà de la période de conservation minimale d'un an, les dossiers doivent être détruits ou expurgés conformément à la sous-section (c) de la section 11361.5 du Code de santé et de sécurité deux ans à compter de la date de la condamnation, ou à compter de la date de l'arrestation s'il n'y a pas de condamnation, si l'affaire n'est plus sujette à révision en appel, toutes les amendes et tous les frais applicables ont été payés et le défendeur s'est conformé avec toutes les conditions de la peine ou de l'octroi de la probation.

(11) Ordonnance pénale conservatoire : conserver jusqu'à l'expiration ou la résiliation de l'ordonnance.

(12) Mandat d'arrêt : conserver pour la même durée de conservation que pour les dossiers de l'affaire sous-jacente. S'il n'y a pas de cas sous-jacent, conserver pendant un an à compter de la date d'émission.

(A) S'il n'y a pas de cas sous-jacent, conserver pendant cinq ans à compter de la date d'émission.

(B) S'il existe un cas sous-jacent, conserver pendant 10 ans à compter de la date d'émission ou, si la période de conservation des enregistrements dans le cas sous-jacent est inférieure à 10 ans ou si le cas sous-jacent est un crime capital décrit au paragraphe (1 ) de la sous-section c), conserver pendant la même période de conservation que pour les dossiers de l'affaire sous-jacente.

(14) Déclarations de cause probable : à conserver pendant la même période de conservation que pour les enregistrements dans le cas sous-jacent. S'il n'y a pas de cas sous-jacent, conserver pendant un an à compter de la date de déclaration.

(15) Procédure de révocation de la surveillance communautaire postlibératoire ou de la surveillance conditionnelle postlibératoire : conserver pendant cinq ans après l'expiration ou la fin de la période de surveillance.

(1) Habeas corpus en matière pénale et familiale : à conserver pour la même durée de conservation que pour les dossiers de l'affaire sous-jacente, qu'ils soient accordés ou refusés.

(2) Habeas corpus en matière de santé mentale : conserver tous les dossiers pendant la même période de conservation que pour les dossiers de l'affaire sous-jacente, qu'ils soient accordés ou refusés. S'il n'y a pas de cas sous-jacent, conservez les dossiers pendant 20 ans.

(1) Personne à charge en vertu de l'article 300 du Code de la protection sociale et des institutions : à l'âge de 28 ans, ou sur demande écrite, le mineur doit être libéré cinq ans après que la juridiction sur la personne a pris fin en vertu de la sous-section (a) de l'article 826 du Code de la Prévoyance et des Institutions . Les dossiers scellés doivent être détruits sur ordonnance du tribunal cinq ans après que les dossiers ont été scellés conformément à la sous-section (c) de l'article 389 du Code de la protection sociale et des institutions .

(2) Quartier en vertu de l'article 601 du Code de la protection sociale et des institutions : à l'âge de 21 ans, ou sur demande écrite, le mineur est libéré cinq ans après que la juridiction sur la personne a pris fin en vertu de la sous-section (a) de l'article 826 du Code de la Prévoyance et des Institutions . Les dossiers scellés doivent être détruits sur ordonnance du tribunal cinq ans après que les dossiers ont été scellés en vertu de la sous-section (d) de l'article 781 du Code de la protection sociale et des institutions .

(3) Quartier conformément à l'article 602 du Code de la protection sociale et des institutions : à l'âge de 38 ans en vertu de la sous-section (a) de l'article 826 du Code de la protection sociale et des institutions . Les dossiers scellés doivent être détruits sur ordonnance du tribunal lorsque le sujet du dossier atteint l'âge de 38 ans en vertu de la sous-section (d) de l'article 781 du Code de la protection sociale et des institutions .

(4) Circulation et certains délits et infractions non liés à la circulation conformément à l'article 601 du Code du bien-être et des institutions : à l'âge de 21 ans, ou cinq ans après que la juridiction sur la personne a pris fin en vertu de la sous-section (c) de l'article 826 du Bien-être et Code des établissements . Les dossiers peuvent être microfilmés ou photocopiés.

(5) Infraction liée à la marijuana en vertu de la sous-section (d) de l'article 11357 du Code de santé et de sécurité conformément aux procédures spécifiées dans la sous-section (a) de l'article 11361.5 du Code de santé et de sécurité : à l'âge de 18 ans, les dossiers doivent être détruit.

(f) Archives judiciaires de la division d'appel de la cour supérieure : à conserver pendant cinq ans.

(1) Bench warrant : à conserver pendant la même période de conservation que pour les dossiers de l'affaire sous-jacente. Pour un mandat d'arrêt délivré pour un délit, conserver les dossiers pendant la même période de conservation que pour les dossiers du délit sous-jacent après l'émission. S'il n'y a pas de retour sur le mandat, le tribunal peut rejeter d'office et détruire immédiatement les dossiers.

(2) Attachement au corps : conserver pour la même période de conservation que pour les enregistrements dans le cas sous-jacent.

(3) Caution : à conserver pendant trois ans après l'exonération et la libération.

(A) Procédures pénales et juvéniles : conserver les notes pendant 10 ans, sauf indication contraire. Les notes relatant la procédure dans les affaires de crime capital (meurtre avec circonstances particulières lorsque le ministère public demande la peine de mort et la condamnation à mort), y compris les notes relatant l'audience préliminaire, sont conservées en permanence, à moins que la Cour de cassation sur demande du greffier n'autorise la destruction.

(B) Procédures civiles et autres : conserver les notes pendant cinq ans.

(5) Les enregistrements électroniques réalisés en tant que compte rendu officiel de la procédure orale en vertu des règles de la Cour de Californie peuvent être détruits ou supprimés comme suit :

(A) À tout moment après la décision finale de l'affaire dans les procédures d'infraction et de délit.

(B) Après 10 ans dans toutes les autres procédures pénales.

(C) Après cinq ans dans toutes les autres procédures.

(6) Les enregistrements électroniques qui ne constituent pas le compte rendu officiel de la procédure orale en vertu des règles de procédure californiennes peuvent être détruits à tout moment à la discrétion du tribunal.

(7) Demandes de dispense de frais : à conserver pendant la même période de conservation que pour les dossiers dans le cas sous-jacent.

(8) Jugements relevant de la compétence de la cour supérieure autre que dans une affaire civile limitée, une affaire de délit ou une affaire d'infraction : conserver de façon permanente.

(9) Jugements dans les affaires de délit, les affaires d'infraction et les affaires civiles limitées : à conserver pendant la même période de conservation que pour les dossiers de l'affaire sous-jacente.

(10) Procédure des jurés, y compris les sanctions : à conserver pendant un an.

(11) Procès-verbal : à conserver pendant la même période de conservation que pour les enregistrements de l'affaire sous-jacente.

(12) Ordonnances non associées à une affaire sous-jacente, telles que les ordonnances de destruction des dossiers judiciaires pour les écoutes téléphoniques, les ordonnances de destruction de drogues et d'autres ordonnances judiciaires diverses : à conserver pendant un an.

(13) Indice de naturalisation : conserver définitivement.

(14) Index des affaires alléguant des infractions au code de la route : à conserver pendant la même période de conservation que pour les dossiers de l'affaire sous-jacente.

(15) Index, sauf indication contraire : conserver de façon permanente.

(16) Registre des actions ou dossier : à conserver pendant la même durée de conservation que pour les dossiers de l'affaire sous-jacente, mais en aucun cas moins de 10 ans pour les affaires civiles et les petites créances.

(h) La conservation des archives judiciaires en vertu du présent article est prolongée par ordonnance du tribunal de sa propre initiative, ou à la demande d'une partie ou d'un membre du public intéressé pour une bonne cause indiquée et aux conditions justes. Aucun frais ne sera facturé pour la présentation de la demande.

(i) Les périodes de conservation des dossiers prévues au présent article, telles que modifiées à compter du 1er janvier 2014, s'appliquent à tous les dossiers judiciaires existants avant cette date ainsi qu'aux dossiers créés à cette date ou après.

Les codes FindLaw sont fournis avec l'aimable autorisation de Thomson Reuters Westlaw, le système de recherche juridique en ligne leader du secteur. Pour des informations plus détaillées sur la recherche de codes, y compris les annotations et les citations, veuillez visiter Westlaw.

Les codes FindLaw peuvent ne pas refléter la version la plus récente de la loi dans votre juridiction. Veuillez vérifier le statut du code que vous recherchez auprès de la législature de l'État ou via Westlaw avant de vous y fier pour vos besoins juridiques.


Récupérer la musique, la vidéo, les photos, WhatsApp, les documents perdus

Les photos prises, les vidéos enregistrées et les enregistrements d'appels vous rappellent des souvenirs beaux ou importants. Après les avoir supprimés, vous devez avoir le regret de les retrouver. FoneLab Android Data Recovery est le remède exact pour vous. Avec cet outil, vous pouvez facilement récupérer votre musique préférée, vos films téléchargés, vos photos précieuses, vos fichiers WhatsApp, vos documents perdus, etc. sur vos appareils Android.

Peu importe les photos que vous téléchargez à partir du site en ligne ou enregistrez les photos avec l'appareil photo de votre téléphone, même le cache d'images de votre navigateur, vous pouvez facilement les obtenir à partir de votre Android avec cet outil de récupération de données.

Lorsque vous désinstallez WhatsApp, l'historique des discussions, les photos jointes ou la vidéo/l'audio disparaissent également avec le vent. Récupérez donc les messages WhatsApp supprimés de votre téléphone Android dès maintenant pour éviter toute perte de données importante.

Des vidéos intéressantes enregistrées lors d'une soirée sont perdues depuis votre téléphone ? Les enregistrements d'appels importants ont disparu pour certaines raisons sur Android ? Ensuite, utilisez ce programme de récupération de données Android pour retrouver ces souvenirs précieux ou des enregistrements d'appels importants.

Les documents importants stockés sur votre téléphone Android ou votre carte SD sont supprimés ? FoneLab Android Data Recovery allows you to recover the deleted documents in Word, Excel, PPT, PDF, HTML, Zip, RAR or other formats to your computer.


UNIVERSITY VENTURE FUND II IS FIRST MONEY IN NAVIGEN PHARMACEUTICALS SEED ROUND

The Sorenson Impact Center’s University Venture Fund—Impact Investing (UVF II) closed its first investment in a seed round into Salt Lake City-based Navigen, Inc. UVF II’s investment was highly catalytic, unlocking over $1.5 million additional investment capital into the pharmaceutical company. Navigen, Inc. is an early stage drug discovery and development company that has developed a D-peptide drug discovery platform to create a new class of drugs to significantly improve the quality of life for those suffering from some of the world’s gravest maladies, including HIV, cancer and inflammatory diseases.

The $8.2 million UVF II, a descendant of the original UVF founded in 2001, provides students the opportunity to be instrumental in due diligence early stage social enterprises, build financial models based on interviews and market research and present findings and advice to a board of seasoned investors in pursuit of impact investments across the equity financing spectrum.

“We are thrilled to announce the first investment of UVF II into Navigen, a company that perfectly fits our investment thesis of both seeking great impact and providing the possibility of dynamic financial return,” said Jeramy Lund, the managing director of UVF II.

Navigen is developing drugs designed for targets that are difficult or impossible to safely affect with current drugs. Two of the company’s current development programs address diseases for which today’s drugs have dangerous side effects.

Lund added, “Navigen’s model of establishing its drugs’ safety and human efficacy then quickly licensing them to a larger company with the resources to conduct more extensive human trials is practical. If its drugs are successful, the lives of vulnerable people will significantly change, and our investment will deliver a great return for our LPs.”

The need for innovative therapeutics is vast. Over 1.2 million individuals in the U.S. suffer from HIV, yet currently only 30 percent are successfully suppressing their virus with drug therapy. Navigen’s HIV drug, CPT31, which will begin human trials shortly, has shown promising results in its initial testing and development. Due to the nature of D-peptide drugs, Navigen leadership believes that patients will experience fewer side effects and will have a much smaller chance of developing drug resistance.

Brandi Simpson, CEO of Navigen Pharmaceuticals, said of her experience working with UVF II, “I enjoyed working with the students. I was very impressed by their thoroughness and the rigor of their analysis.”

One student, Elena Ma, a doctoral candidate in medicinal chemistry at the University of Utah who worked with Simpson on the deal, said, “It was an incredible experience for us to practice analytical thinking and financial skills on a real deal while knowing we are catalyzing a positive social impact and potentially benefiting millions of HIV patients.”


Aviation History of World War II Highlighted at EAA AirVenture Oshkosh 2021

The aviation story of World War II will be told through special flying activities during EAA AirVenture Oshkosh 2021, as the event commemorates 75 years (plus 1) since the end of the conflict. The 68th edition of the Experimental Aircraft Association’s fly-in convention will be held July 26-August 1 at Wittman Regional Airport in Oshkosh, Wisconsin.

The afternoon air shows on Friday and Saturday, July 30-31, will feature programs that chronologically recollect aviation history during that time, from U.S. involvement in the Eagle Squadron and American Volunteer Group “Flying Tigers” prior to Pearl Harbor and the Doolittle Raid, to the major battles in the European and Pacific Theaters, including D-Day, and the eventual celebrations of V-E and V-J Days.

Airplanes involved will span the aircraft used by the Army Air Forces and U.S. Navy during that time, as well as a variety of international aircraft from that period. All will be involved in each of the 90-minute shows presented each day.

“EAA AirVenture Oshkosh is already the world’s largest annual gathering of warbird aircraft, so it’s natural that this big commemoration would take place here,” said Rick Larsen, EAA’s vice president of communities and member programming, who coordinates AirVenture features and attractions. “The EAA Warbirds of America and other select owners of these magnificent aircraft will showcase the evolution of air power during that period and salute the people who built, flew, and maintained these aircraft 75 years ago.”

Among the aircraft featured will be the P-40 Tomahawk, Supermarine Spitfire, P-38 Lightning, F6F Hellcat, C-47 Skytrain, Hawker Hurricane, P-51 Mustang, F4U Corsair, B-25 Mitchell, B-17 Flying Fortress, B-29 Superfortress, and others.

When not in the air, these aircraft will be on display in the Warbirds area on the north end of the flightline. Select aircraft will also be featured on the showcase Boeing Plaza.


First U.S. institutional asset manager focused exclusively on blockchain.

Since 2013, Pantera has invested in digital assets and blockchain companies, providing investors with the full spectrum of exposure to the space.

A history of firsts

Pantera launched the first cryptocurrency fund in the U.S. when bitcoin was at $65 /BTC in 2013. The firm subsequently launched the first blockchain-focused venture fund. Pantera co-CIO Joey Krug co-founded Augur, one of the first decentralized applications built on Ethereum. In 2017, Pantera was the first to offer an early-stage token fund.

Pantera at a glance

Early-stage token investments

Investment types

Venture Equity

Exposure to equity in companies building products and services in the nascent blockchain ecosystem. Our long standing reputation and technical edge allows us to see virtually every deal in the market, and lead about half of our portfolio company investments.

Early-Stage Tokens

Exposure to new, efficient, and scalable protocols. Similar to venture capital equity, but investing in tokens (not companies) during the private stage at a discount to the listing price.

Liquid Tokens

Exposure to the largest and most liquid digital assets. We use our deep market and technical expertise to trade tokens while exploiting market inefficiencies.

Industry Insights

"ALL IN ONE" BLOCKCHAIN FUND
What Bitcoin Did - Pantera's $115k Bitcoin Price Target with Dan Morehead
The Case for Blockchain Investment

Aperçu de la confidentialité

Les cookies nécessaires sont absolument essentiels au bon fonctionnement du site Web. These cookies ensure basic functionalities and security features of the website, anonymously.

CookieDurationLa description
cookielawinfo-checbox-analytics11 monthsThis cookie is set by GDPR Cookie Consent plugin. The cookie is used to store the user consent for the cookies in the category "Analytics".
cookielawinfo-checbox-functional11 monthsThe cookie is set by GDPR cookie consent to record the user consent for the cookies in the category "Functional".
cookielawinfo-checbox-others11 monthsThis cookie is set by GDPR Cookie Consent plugin. The cookie is used to store the user consent for the cookies in the category "Other.
cookielawinfo-checkbox-necessary11 monthsThis cookie is set by GDPR Cookie Consent plugin. The cookies is used to store the user consent for the cookies in the category "Necessary".
cookielawinfo-checkbox-performance11 monthsThis cookie is set by GDPR Cookie Consent plugin. The cookie is used to store the user consent for the cookies in the category "Performance".
viewed_cookie_policy11 monthsThe cookie is set by the GDPR Cookie Consent plugin and is used to store whether or not user has consented to the use of cookies. It does not store any personal data.

Functional cookies help to perform certain functionalities like sharing the content of the website on social media platforms, collect feedbacks, and other third-party features.

Performance cookies are used to understand and analyze the key performance indexes of the website which helps in delivering a better user experience for the visitors.

Analytical cookies are used to understand how visitors interact with the website. These cookies help provide information on metrics the number of visitors, bounce rate, traffic source, etc.

Advertisement cookies are used to provide visitors with relevant ads and marketing campaigns. These cookies track visitors across websites and collect information to provide customized ads.

Other uncategorized cookies are those that are being analyzed and have not been classified into a category as yet.


What is Private Equity? Une histoire brève

Private equity is, in the most simplistic terms, equity held in a private business. PE firms are run by general partners (also called sponsors). GPs invest money raised from investors who work together for a limited amount of time, aptly named “limited partners.”

PE by Another Name: The Leveraged Buyout

Private equity firms are sometimes referred to as “buyout firms.” This is so for a few reasons. First, the term is descriptive. Unlike venture capital firms, which usually don’t buy entire companies, PE firms do–or at least they acquire controlling interests in certain operational or management decisions. Second, the term is actually shorthand for “leveraged buyout firm.” Most PE buyouts involve a PE firm putting up only a portion of the capital required to purchase a target, with the remainder coming in the form of a loan from a bank that is secured by the assets of the acquisition target. These loans secured against the acquired company’s own assets are the “leverage” in a leveraged buyout (LBO).

Leveraged buyout firms established themselves on Wall Street in the late 1970s and 1980s when investment bankers, like notably high-profile financier Michael Milken, created them as a method of leveraging a company with debt equity and equity capital in order to buy it. Among the most notorious buyout firms of that period—although not connected to Milken—was the $25 billion RJR Nabisco buyout in 1988. In many ways, today’s PE firm is yesterday’s LBO firm.

Once purchased, the target company is usually one of many owned, or at least controlled, by the PE firm and, thus, is typically referred to as a “portfolio company” of the firm.

Private Equity Funds vs Private Equity Firms

One point of clarification: above, we speak of a private equity “firm.” We were intentionally imprecise in order to more clearly present the following concept. One must delineate between a private equity firm and a private equity fund. The ‘sponsor’ is the PE firm, and the firm is often the general partner of several (or many) individual PE funds.

A limited partner (i.e., an individual accredited investor who decides to invest money with the PE firm) does so by investing in a specific PE fund raised by the PE firm. So, by example, a PE firm could have, say, four distinct funds of which it is the general partner and manager. Each fund will have its own limited partners (though any individual limited partner may choose to invest in multiple funds) and its own portfolio companies. Limited partners are not limited to individual accredited investors. Most count banks, insurance companies, pension funds and other large entities among their investors.

Private Equity is Not a New Concept

Taking a step back, the practice of people pooling their money together to purchase controlling stakes in a private company is not a new concept although, as the Wall Street Journal points out in its excellent article on this subject, “[w]hile the private-equity firm is new, its methods— venture capital , growth capital , distressed situations , leveraged buyouts and others—are as old as capitalism itself.” In fact, the Massachusetts Bay Company was an early prototype of the private equity model, in that it pooled money to help fund the burgeoning British North American colonies. Settlers sent to the new American colonies helped build up the economy, while those who stayed in England helped fund the venture, hoping to find a return on their investment over time.

A few hundred years later, railroads were struggling to find funding by simply turning to wealthy families, as they had in the past. They were bailed out by major banks that bought controlling interests and used their leverage to restructure business operations, insert new management and attempt to eliminate corruption and deceit. These are all present-day components of private equity’s modus operandi. When JP Morgan & Company paid $480 million for floundering Carnegie Steel in 1901, it created what was the largest company in the world at that time: United States Steel.

So, why is private equity private? As discussed above, it tends to invest in private companies. But, this is not the answer, since one private equity strategy involves taking publicly-owned targets off the public market, “taking them private”. Private equity is private because it raises money in such a way (e.g., from accredited investors) that allows it to avoid having to make any public offering of a stock on a public stock exchange.

Today’s Private Equity Firm

The private equity firm of today traces its origins to the American Research and Development Corporation, founded in 1946. The industry also had forerunners in the form of U.S. governmental institutions created to address needs brought on by the two world wars and the intervening Great Depression, as explained by Wiley Finance in its 2008 book Private Equity, History, Governance, and Operations.

According to PEI Media, “[a]s recently as the 1970s, it was hard to count more than a few dozen private equity firms…in the United States. Now there are private equity firms both miniscule and enormous in all the developed countries of the world and in most of the emerging markets.” This development, as also explained in Characteristics of the Private Equity Arena, was in part a function of: (a) the U.S. stock market’s slump of the 1970s turning around (b) clarifications in 1978 to ERISA, a 1974 law governing how retirement plan funds can be invested that was a drag on the industry before the clarification and (c) subsequent reductions of the maximum capital gains tax rate.

The Golden Age of Private Equity

The golden age of the leveraged buyout firm came in the late 1980s when players like KKR and Michael Milken engineered large LBOs. Since then, as superior returns encouraged more investment in the asset class and as the number of funds proliferated as a natural consequence of fund managers leaving one firm to found a new one, the industry continued to grow into what it is today. A good example of this can be seen by looking at the legendary PE firm, Golder Thoma & Co.

Established in 1980 by Stanley Golder and Carl Thoma, Golder Thoma & Co. originated the “consolidation” or “buy and build” investment strategy, which sought to combine the best of venture investing with the best of leveraged buyouts by investing in a “platform” business in a fragmented industry, then working with management to transform it into a larger and more profitable business through internal growth and a series of strategic, industry-consolidating acquisitions.

Stanley Golder and Carl Thoma worked together at First Chicago Corp. before founding Golder Thoma & Co. Looking at one branch of the genealogy, Golder Thoma & Co. eventually split into Thoma Bravo and GTCR. Looking at a different branch, John Canning took Stanley Golder’s place at First Chicago Corp., and Canning ultimately left to form Madison Dearborn. These three firms are among the largest and most prominent PE firms currently in existence, though First Chicago Corp. later merged with Banc One Corp., now part of Chase Bank.

[Editor’s Note: To learn more about this and related topics, you may want to attend the following webinars: Alternative Assets Part 1: Investing in Venture Capital, Private Equity, and Hedge Funds, What is a “Private Fund?” and Opportunity Amidst Crisis – Buying Distressed Assets, Claims, and Securities for Fun & Profit. This is an updated version of an original article published on July 1, 2013.]


Venture II PC-826 - History

We are an international real estate organisation with over 30 years of experience. The goal of Vastint is to create long-term value through property investments. The cornerstones of our operations are the management of portfolio properties and the development of office, residential and hotel properties across Europe. Development activities include land acquisition, master planning, design, construction, leasing and sales. As of year 2020, Vastint’s activities further expanded with the division Hotel Co 51. This division operates many of the hotel properties within the Vastint portfolio. Vastint is active in many countries across Europe, such as Austria, Belgium, Denmark, Finland, France, Germany, Italy, Latvia, Lithuania, the Netherlands, Norway, Poland, Romania, Spain and the United Kingdom

Our structure

Vastint Holding B.V. is owned by Interogo Holding AG in Switzerland. Interogo Holding’s business focuses on two main areas: Property Investments and Financial Investments.

Interogo Holding is owned by Interogo Foundation. In addition to Interogo Holding, Interogo Foundation also owns the Inter IKEA Group of companies through Inter IKEA Holding B.V. in the Netherlands. Consequently, the operations of Vastint are not linked to the IKEA related businesses. For more information about Interogo Holding AG, please visit www.interogoholding.com

Our Brand

Vastint is the abbreviation for “Vastgoed International”, which is Dutch for “International real estate”. Our brand stands for:

We are committed to fulfilling our purpose, our tasks and our promises towards our stakeholders.

We strive to use resources in an efficient way by being cost conscious and seeking simplicity in our solutions.

We are reliable and honest. Our stakeholders have trust in us, our words and our actions.

We are consistent in our behaviour and we base our actions on our common sense, our purpose and our values.

We work towards positive long term social, economical and environmental solutions and developments.

We work together in order to accomplish great things – the whole is greater than the sum of its parts.

We always act in a professional manner. We believe in what we do, take pride in our work and carry out our responsibilities to the best of our ability.

We behave in an ethical manner and do what is right. We never accept corruption or other illicit behaviour, neither from our co-workers nor our business partners.

Social Responsibility

Vastint works towards positive long term social, economical and environmental solutions and developments. All new buildings and refurbishments shall have an environmental certification, preferably according to internationally recognised certification systems. As high certification as reasonably possible shall be strived for, taking into consideration the circumstances of the individual project and the overall market situation.

Notre histoire

We started out with acquisitions of existing portfolios and have since then transformed into an experienced property developer. Our activities have been spread throughout Europe by the establishment of offices in various countries. There have been quite some milestones during our 30 year long history. You will find some of them on the following timeline.

Vastint Holding B.V. is founded in the Netherlands.

The first of a number of properties in the UK is purchased. After major development activities, the UK market is exited in 2006.

Vastint Netherlands, formerly Pronam, with an existing portfolio of 25 properties (380,000 m²) in the Netherlands, is acquired. The majority of these properties are divested.

Vastint Belgium, formerly Galliford, with a portfolio of about 40,000 m² is acquired in Belgium. About 3/4 of this is still in the portfolio.

The activities in Poland start.

Purchase of the Blue Tower office building (24,000 m²) in Brussels. Sold in 2007.

Opening of the SwedeCenter building (11,000 m²) in Warsaw.

The office building Colonies Square (9,300 m²) in Brussels is completely renovated and extended.

Vastint Lithuania, formerly Pinus Proprius, is established in Lithuania.

The office building Chancellerie (3,100 m²) in Brussels is renovated.

Opening of the Cracovia Business Center (12,000 m²) in Krakow. Sold in 2006.

Completion University Business Center I (12,000 m²) in Warsaw. Sold in 2005.

Purchase of an office building (2,400 m²) in Waterloo.

BC 2000 (13,200 m²) in Vilnius is completed .

Completion University Business Center II (18,000 m²) in Warsaw. Sold in 2005.

Vastint Latvia, formerly Larix Property, is established in Latvia.

Purchase of a building (3,800 m²) in Vilnius for redevelopment.

Hotel, offices and shopping centre Novotel/Flagman (14,700 m²) in Vilnius is completed.

Office building Beaulieu (20,000 m²) in Brussels is completed. Sold in 2006.

Reconstruction and transformation of a former office building in Riga into the Albert Hotel (8,600 m²) is finalised.

Purchase of the N21 office building (3,400 m²) in Warsaw. After being refurbished, the building is sold in 2011.

Purchase of the office buildings Whitepark (17,000 m²). Sold in 2018.

Purchase of the multifunctional office complex Atlas ArenA Amsterdam (76,500 m²).

Purchase of the office building Hettenheuvelweg (2,500 m²) in Amsterdam.

Acquisition of the first part of the land for the Portowo project in Poznan (

Vastint Romania, formerly Interprime Properties, is established for the Romanian market.

The former A. G. Rutenbergs’ Tobacco Factory in Riga is rebuilt into the five-storey office building Zala 1 (3,600 m²) with adjacent underground parking (5,600 m²).

LandProp is established to invest in land with the main focus on the UK. In 2014 the activities were divided into the different divisions.

The Guimard building (2,400 m²) in Brussels is renovated.

Acquisition of land (7.4 ha) for the development of Business Garden Wrocław.

Acquisition of the Timpuri Noi site (5.3 ha) in Bucharest.

Acquisition of the first part of the land for the Sugar House Island project in London.

Acquisition of land (2 ha ) for the development of Business Garden Bucharest.

Acquisition of land (51 ha ) outside of London for land banking purposes.

Vastint Hospitality, formerly Inter Hospitality, is established to invest in and develop hotel and student housing properties across Europe.

The renovation of Royal Plaza (6,400 m²) in Brussels is completed.

The conversion of the Staalmeesterslaan office buildings (34,100 m²) in Amsterdam is finalised and handed over to the Apollo Ramada Hotel and Hotel School the Hague.

Completion of the residential project Futuris (6,700 m²) in Riga. All 60 apartments were successfully sold.

Acquisition of the Magdelena site in Riga, destined for mixed use development (21,000 m²).

Completion of the two office buildings Brama Portowa (13,000 m²) in Szczecin.

The renovation of the Printhouse (1,200 m²) at Sugar House Island is completed .

Completion of the Mera Spa Hotel (12,200 m²) in Sopot.

Completion of Business Garden Warsaw Phase I (32,200 m²).

Purchase of the Rivierstaete office building (28,000 m²) in Amsterdam. After being refurbished, the building is sold in 2018.

Acquisition of a site in central Gdansk for residential and hotel development (23,000 m²).

The refurbishment of the European House office building and adjacent retail area (7,000 m²) in Vilnius is completed.

Vastint Land is established to acquire land for future development projects in various countries in Europe.

Purchase of an office building (6,600 m²) on Rue Joseph II in the Leopold district in Brussels. Destined for refurbishment.

By year-end 2013, 9 sites for future Moxy Hotel developments are acquired. Further site acquisitions are continuously ongoing.

Acquisition of the Kelstena land in Vilnius (

The spa, hotel and apartment complex project (18,000 m²) in Palanga is recommenced .

Opening of the first Moxy Hotel (162 rooms) at Milan Malpensa airport.

Development of the office complex Business Garden Warsaw II (65,000 m²) starts.

The nine business units - SwedeCenter (Poland), Galliford (Belgium), Pronam (the Netherlands), Pinus Proprius (Lithuania), Larix Property (Latvia), Interprime Properties (Romania), LandProp (UK), Vastint Land (across Europe) and Inter Hospitality Holding (across Europe) - are brought together under the joint name Vastint.

Acquisition of the Leeuwenburg office building (42,900 m²) in Amsterdam for redevelopment.

Completion of Business Garden Poznan I (41,900 m²).

Completion of Courtyard by Marriott hotel (8,900 m²) at Atlas ArenA Amsterdam.

Completion of the multi-functional complex Gdynia Waterfront I (21,600 m²).

The office building UNIQ (6,900 m²) in Vilnius is completed.

Infrastructure works for Business Garden Rīga and Lindenholma are completed.

Purchase of the land plot for future development at former Leeds Brewery (8,5 ha).

Buildings on Spaklerweg and Schurenbergweg in Amsterdam are sold (43,300 m²)

Acquisition of sites in Warsaw (14 ha) and Gdansk (6,5 ha) for development.

Acquisition of the land plot for future development in Sisesti area, Bucharest (48 ha).

Moxy Hotels at Munich Airport, Berlin Ostbahnhof, Frankfurt Eschborn and Aberdeen Airport are opened during the year.

Acquisition of a site for development in Vilnius (1,8 ha).

Coengebouw in Amsterdam and Visseringlaan building in Rijswijk are sold (30,800 m²).

Acquisition of three office buildings (20,100 m²) for redevelopment.

Completion of Business Garden Wroclaw Phase I (41,900 m²).

Purchase of land plot in Katowice (9,000 m²) for the development of a complex of modern office and hotel buildings.

Reconversion of office building to Courtyard by Marriott hotel (7,000 m²) Brussels completed.

Acquisition of Embankment site for future development in Cardiff (10 ha).

On site construction works for 8 hotels (2,228 rooms) are ongoing.

Acquisition of the final part of the land for the Business Garden Vilnius project (6,2 ha).

Acquisition of Business Garden Poznan Phase III site (1,8 ha).

Refurbishment of hotel NH Amsterdam City Centre (7,700 m²) completed.

Completion of Business Garden Warsaw Phase II (56,400 m²).

Purchase of an office building (5,600 m²) in Amsterdam for redevelopment.

Conversion of Mera Spa Hotel to Sopot Marriott Resort & Spa (12,200 m²) completed.

Acquisition of land for the development of a Moxy Hotel (6,500 m²) in Brussels city centre.

Construction Timpuri Noi Square phase 1 (32,600 m²) completed.

Moxy Hotels at London Excel, Vienna Airport, Frankfurt Airport, Oslo X, Ludwigshafen and London Stratford are opened.

On site construction works for 8 hotels (1,761 rooms) are ongoing.

Acquisition of Garbary site in Poznan for the development of a mixed use project (80,000 m²).

Acquisition of the Hotel Silesia site in Katowice for the development of a mixed use project (35,000 m²).

Construction Magdelēnas kvartāls (116 apartments) completed.

Moxy Hotels at Munich Messe, London Heathrow Airport, Milan Linate Airport, Glasgow College lands and Edinburgh Airport are opened.

Construction Lindenholma Phase I (209 apartments) started.

Completion of Havannah House student residence (458 rooms) in Glasgow.

On site construction works for 10 hotels (2,119 rooms) are ongoing.

The office buildings Hoogwolde and Amaliawolde (13,500 m²) in Baarn are sold.

Reconstruction Elite House (7,200 m²) in Brussels completed.

Business Garden Wroclaw phase I (38,400 m²) sold.

Construction Business Garden Wroclaw phase II and III (40,800 m² and 37,100 m²) completed.

Business Garden Poznan phase I (41,900 m²) sold.

Construction Business Garden Vilnius phase I (40,000 m²) started.

Reconstruction Albert Hotel into AC by Marriott (8,600 m²) in Riga completed.

Construction Timpuri Noi Square phase 1B (20,100 m²) completed.

Completion of the first office building (10,100 m²) at Suger House Island in London.

Moxy Hotels at Copenhagen, York, Oslo X-tension, Paris Charles de Gaulle Airport, Southampton and Birmingham are opened.

Business Garden Poznan phase II (45,700 m²) completed.

Business Garden Riga phase I (14,200 m²) completed.

Construction Business Garden Bucharest (43,400 m²) completed.

On site construction works for 11 hotels (1,228 rooms) are ongoing.

Construction residential project Riverview in Gdansk (261 apartments) completed.

Acquisition of Ezerparks land (18,7 ha) completed.

Acquisition of Musette site (1,5 ha) close to Timpuri Noi Square in Bucharest.

Key Figures

Following are some key figures regarding Vastint Group. Rentable square meters per market 31. Dec 2019:


Citing Articles (716)

Pathogenic Bacillus anthracis endospores reach a primary site in the subcutaneous layer, gastrointestinal mucosa, or alveolar spaces. For cutaneous and gastrointestinal anthrax, low-level germination occurs at the primary site, leading to local edema and necrosis. Endospores are phagocytosed by macrophages and germinate. Macrophages containing bacilli detach and migrate to the regional lymph node. Vegetative anthrax bacilli grow in the lymph node, creating regional hemorrhagic lymphadenitis. Bacteria spread through the blood and lymph and increase to high numbers, causing severe septicemia. High levels of exotoxins are produced that are responsible for overt symptoms and death. In a small number of cases, systemic anthrax can lead to meningeal involvement by means of lymphatic or hematogenous spread. In cases of pulmonary anthrax, peribronchial hemorrhagic lymphadenitis blocks pulmonary lymphatic drainage, leading to pulmonary edema. Death results from septicemia, toxemia, or pulmonary complications and can occur one to seven days after exposure.

The inset shows the effects of anthrax exotoxins on macrophages. Vegetative anthrax bacilli secrete two exotoxins that are active in host cells. Edema toxin is a calmodulin-dependent adenylate cyclase that increases intracellular levels of cyclic AMP (cAMP) on entry into most types of cell. This is believed to alter water homeostasis, resulting in massive edema. Lethal toxin is a zinc metalloprotease that causes a hyperinflammatory condition in macrophages, activating the oxidative burst pathway and the release of reactive oxygen intermediates, as well as the production of proinflammatory cytokines, such as tumor necrosis factor α (TNF-α) and interleukin-1β, that are responsible for shock and death. MAPKK denotes mitogen-activated protein kinase kinase.

Panel A shows the characteristic blackened eschar surrounded by eroded areas and massive edema. These lesions are painless. The areas of “dried skin” represent resolving edema. Lesions continue to progress despite rigorous antibiotic treatment. Cutaneous anthrax can be self-limiting, and the lesions resolve without scarring. About 10 percent of untreated cutaneous anthrax infections progress to systemic anthrax. Panels B, C, and D show changes in the lesion on the cheek over a seven-day period. The characteristic blackened eschar is present on day 0 (Panel B). Facial edema and ulceration occur by the second day (Panel C). On day 7, the lesion is beginning to heal, and the facial edema is resolving (Panel D). The photograph in Panel A was kindly provided by Drs. Wilhelm Kobuch and P.C.B. Turnbull. The photographs in Panels B, C, and D are reprinted from Smego et al. 33 with the permission of the publisher.

Panel A shows a Gram's stain of B. anthracis vegetative bacteria. The bacterial cells exhibit gram-positive staining (purple filaments) (×600). Panel B shows an electron photomicrograph of a B. anthracis spore (arrowhead) partially surrounded by the pseudopod of a cultured macrophage (×137,000). The bar represents 1 μm.


Voir la vidéo: Venture II Faroes (Août 2022).