L'histoire

Fondation du Peace Corps - Histoire

Fondation du Peace Corps - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

First Peace Corp Volunteers avec Sargent Shriver, le premier directeur du Peace Corp

L'une des premières propositions du président Kennedy a été la création d'un Peace Corps pour aider les pays en développement.
Le Peace Corps a encouragé les jeunes à peine sortis de l'université à consacrer un an ou deux de leur temps à travailler comme enseignants, agents de santé ou autres conseillers dans les pays pauvres d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud. Le premier chef du Peace Corps était le beau-frère du président, Sargent Shriver.



Aperçu et historique de la réponse du Corps de la paix

Bénévole d'intervention du Corps de la paix Hilliard aux Philippines

Aperçu

Peace Corps Response envoie des professionnels expérimentés pour entreprendre des missions de service à court terme et à fort impact dans les communautés du monde entier. Les volontaires d'intervention du Peace Corps sont censés posséder les compétences techniques nécessaires pour remplir leur rôle avec une formation minimale.

  • Les qualifications requises comprennent généralement au moins un diplôme de premier cycle de 4 ans et 2 à 5 ans d'expérience professionnelle.
  • Plusieurs postes nécessitent des diplômes ou des certifications supérieures, plus de 5 ans d'expérience professionnelle pertinente et une expérience préalable dans des postes de niveau intermédiaire ou supérieur.
  • Une expérience préalable à l'étranger n'est pas requise, cependant, des compétences culturelles sont attendues.

Les pays d'accueil font plus de 200 demandes chaque année avec des missions d'une durée moyenne de 10 mois. La plupart sont uniques et non récurrents. Les affectations relèvent de l'un des six secteurs de travail (agriculture, développement économique communautaire, éducation, environnement, santé et jeunesse en développement) ou du programme Advancing Health Professionals (AHP).

La vie loin de chez soi n'est pas facile, mais elle est certainement épanouissante. J'utilise toutes les compétences que j'ai acquises dans ma vie personnelle et professionnelle, et je les intègre dans mon rôle de volontaire d'intervention du Peace Corps.

Brian Sway, volontaire d'intervention du Peace Corps en Afrique du Sud

La volontaire d'intervention du Corps de la paix JoAnn au Pérou

À propos du service

Les volontaires d'intervention développent des relations solides avec les organisations partenaires du pays hôte et les membres de la communauté et s'immergent dans les traditions culturelles.

Ils peuvent servir dans une grande variété d'environnements, des bureaux au niveau national ou régional des institutions gouvernementales et non gouvernementales dans les centres urbains aux communautés rurales aux avant-postes dans les réserves écologiques.

Historique du programme

En près de 25 ans d'existence de Peace Corps Response, plus de 3 800 volontaires ont servi dans plus de 80 pays.

"Le Corps de crise est un effort pour exploiter l'énorme expérience, les compétences, la motivation et les talents que le Corps de la paix, y compris ses rangs de volontaires de retour, possède et les mettre à contribution de manière organisée pendant de telles situations de crise."

Mark D. Gearan, ancien directeur du Peace Corps, 21 octobre 1996

Chronologie

Formellement établi en tant que Crisis Corps par le directeur du Peace Corps Mark Gearan et le président Bill Clinton lors d'une cérémonie au Rose Garden le 19 juin 1996.

Années 90-début 2000

De la Bosnie à la Guinée en passant par le Salvador, des centaines de RPCV se sont inscrits pour aider les communautés à se remettre des conflits, des ouragans, des tremblements de terre et plus encore.

2004-2005

Les plus grands groupes de volontaires de Crisis Corps qui ont jamais servi comprenaient les 73 volontaires qui se sont rendus en Thaïlande et au Sri Lanka après le tsunami de 2004, et les 272 volontaires qui ont servi aux États-Unis à la demande de l'Agence fédérale de gestion des urgences à la suite des ouragans Katrina et Rita en 2005.

Au fur et à mesure que Crisis Corps est devenu mieux connu, les demandes de ces volontaires spécialisés ont continué à affluer, même dans des situations non post-catastrophe. En 2007, Crisis Corps est officiellement devenu Peace Corps Response, un changement qui a permis au programme d'élargir sa portée et de continuer à répondre aux besoins spécifiques et critiques des pays hôtes où les volontaires servent.

Aujourd'hui, la majorité des missions d'intervention du Corps de la paix sont des missions techniques à fort impact axées sur le renforcement des capacités du pays hôte. À mesure que le programme continue de croître, le besoin de professionnels expérimentés augmente également. Par conséquent, en 2012, la réponse du Corps de la paix s'est élargie pour inclure des Américains sans expérience antérieure du Corps de la paix.

2015-2016

Peace Corps Response pilote des partenariats innovants pour répondre aux besoins de nos partenaires du pays hôte. En 2015, Peace Corps Response et IBM Corporate Service ont lancé un partenariat stratégique pour engager des équipes de professionnels hautement qualifiés pour travailler en collaboration avec les volontaires Peace Corps Response et leurs partenaires du pays hôte. Peace Corps Response s'appuie également sur des partenariats stratégiques avec les Centers for Disease Control pour placer des volontaires avec des partenaires de mise en œuvre sur le terrain, le Rotary International pour promouvoir les opportunités de service, et plus encore.


Avantages pour les bénévoles

Il y a de nombreux avantages à faire du bénévolat pour le Peace Corps. Les bénévoles acquièrent non seulement de nouvelles perspectives sur la façon dont vivent les gens à travers le monde, mais ils ont également un impact réel. Baek a déclaré que les volontaires obtiennent également des « avantages tangibles » tels qu'une allocation de subsistance et le paiement de leurs frais de logement et de soins médicaux. Les volontaires reçoivent trois mois de formation culturelle et technique pour les préparer à deux ans d'immersion culturelle, et à leur retour, ils sont éligibles pour recevoir une aide financière pour des études supérieures dans une grande variété d'établissements d'enseignement à travers le Programme de bourses Paul D. Coverdell.
Baek a acquis de nombreuses compétences en servant en Mongolie. "Dans l'ensemble, c'était vraiment génial parce que non seulement j'ai pu en apprendre davantage sur ma communauté mongole et les aider, mais j'ai également développé de nombreuses compétences en leadership et en gestion de projet", a déclaré Baek. Elle a enseigné l'anglais aux étudiants, a créé un camp d'été en anglais pour ses étudiants et a lancé un éco-club pour les étudiants afin d'aider leur village à travers des initiatives de plantation d'arbres et de ramassage des ordures le long d'une rivière.


Le Corps de la Paix évacue tous les volontaires pour la première fois dans l'histoire de l'organisation

La directrice du Peace Corps, Jody Olsen, écoute Ivanka Trump, la fille et conseillère principale de . [+] Le président Donald Trump, à gauche, prend la parole lors d'une discussion sur la Women's Global Development and Prosperity Initiative à Washington, le lundi 18 novembre 2019. (AP Photo/Susan Walsh)

Le 15 mars, Jody Olsen, la directrice du Peace Corps, a publié une lettre historique et surprenante pour certains sur le site Web du Peace Corps. Pour la première fois dans l'histoire du Peace Corps, fondé en 1961, tous les volontaires sont évacués de leur pays d'accueil et renvoyés dans leur pays d'origine, dans la plupart des cas les États-Unis.

Olsen a écrit dans sa lettre aux volontaires : « Alors que COVID-19 continue de se propager et que les voyages internationaux deviennent de plus en plus difficiles de jour en jour, nous agissons maintenant pour protéger votre bien-être et éviter une situation où les volontaires ne peuvent pas quitter leur hôte. des pays."

Les volontaires et anciens élèves du Peace Corps, connus sous le nom de Returned Peace Corps Volunteers, craignent que cette évacuation ne soit une étape vers la réduction ou la réduction drastique de la taille du Peace Corps. La proposition de budget de mai 2017 de Trump visait à réduire les dépenses du Peace Corps de 15%, la plus importante réduction proposée pour l'agence en 40 ans.

Olson voulait rassurer les bénévoles et les autres intervenants que cette évacuation est une suspension temporaire. La lettre a poursuivi: "Nous ne fermons pas les postes et nous serons prêts à reprendre nos activités normales lorsque les conditions le permettront."

Bien que ce soit la première fois que le Peace Corps évacue tous les volontaires dans le monde, c'est loin d'être la première fois que des postes de pays spécifiques sont évacués. Le Peace Corps a évacué tous les volontaires de Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone pendant l'épidémie d'Ebola en 2014. À l'époque, il s'agissait de la plus grande évacuation de volontaires de l'histoire de l'organisation.

Trois clés fondamentales pour construire une marque irrésistible

Alex Morgan sur les Jeux olympiques de Tokyo, sa nouvelle série iFIT et la création d'espace pour les athlètes féminines

11 Honoré lance une nouvelle initiative avec les designers du BIPOC

À l'heure actuelle, les volontaires retournés du Peace Corps se concentrent sur la santé mentale et la réintégration de près de 7 000 volontaires rentrant chez eux de 60 pays différents. Sur les réseaux sociaux, ils proposent une oreille attentive, un logement, des conseils de carrière et des opportunités d'emploi.

Yejide Olutosin a été évacuée de Guinée lors de l'épidémie d'Ebola en 2014. Ayant elle-même vécu cela, elle a eu quelques mots pour les volontaires actuellement sur le chemin du retour. « Ne vous sentez pas coupable de quitter vos communautés, de ne pas avoir planifié la prochaine phase, de quoi que ce soit. Les expulsions d'urgence ne sont la faute de personne. Essayez de prendre ce temps pour penser à quelques points clés et expériences positives de votre séjour à l'étranger, aussi court soit-il », a-t-elle déclaré. Même si elle n'a été forcée de partir qu'à la moitié de son service, ce fut tout de même une expérience formatrice. « J'ai appris à être industrieux et productif avec les ressources disponibles. Je dirais que ma capacité à rechercher un consensus parmi divers groupes a été une force qui m'a guidé tout au long de ma carrière après le Corps de la paix. »

Maren Lujan a été évacuée aux côtés d'Olutosin. Son évacuation n'était pas la fin de son service. « Mon service en Guinée et ce que j'ai vu en termes de soins de santé et de traitement pour les femmes m'ont motivée à postuler pour une recherche Fulbright sur la santé des femmes en Sierra Leone », a-t-elle déclaré. Elle est retournée en Afrique de l'Ouest, travaillant en Sierra Leone pendant l'épidémie, ce qui "a juste fait comprendre à quel point les facteurs sociaux et le manque de soins de santé de base avaient stimulé la propagation de l'épidémie". Pour les volontaires qui ne savent pas ce qui vient ensuite, ils ne doivent pas sous-estimer les compétences qu'ils ont acquises et les connaissances qu'ils ont acquises en servant à l'étranger.

Il y a beaucoup de pertes lorsqu'un volontaire du Peace Corps doit quitter le site plus tôt. Il y a des relations qui se forment qui sont coupées avant qu'elles n'aient le temps de se cimenter. Les communautés ont innové sur des projets qui ne seront jamais terminés. Il y a des étudiants qui perdent leurs professeurs, et des professeurs (bénévoles) qui n'ont pas presque fini d'être des étudiants de la nouvelle communauté qu'ils ont entrepris d'« enseigner » pour découvrir qu'ils gagnaient plus qu'ils ne pourraient jamais espérer donner. La pandémie de COVID-19 provoque des pertes, à la fois temporaires et permanentes, dans le monde entier. Espérons que le service des volontaires du Peace Corps tombe dans la catégorie temporaire.

Pour une divulgation complète, l'auteur est un volontaire du Corps de la paix de retour qui a servi en Guinée de 2011 à 2013.

Je suis le PDG et co-fondateur d'OZÉ, une plate-forme mobile qui permet aux propriétaires de petites entreprises en Afrique de prendre des décisions basées sur les données pour développer leur entreprise et accéder au capital. je

Je suis le PDG et co-fondateur d'OZÉ, une plate-forme mobile qui permet aux propriétaires de petites entreprises en Afrique de prendre des décisions basées sur les données pour développer leur entreprise et accéder au capital. J'ai commencé ma carrière en tant que volontaire pour le développement économique communautaire au sein du Corps de la paix en Guinée. Au cours de mon service, j'ai cofondé Dare to Innovate et l'ai fait évoluer pour devenir l'accélérateur de petites entreprises le plus actif d'Afrique francophone. J'ai passé ma carrière à essayer de comprendre comment nous pouvons utiliser le design, l'entrepreneuriat et la collaboration public-privé pour résoudre des problèmes mondiaux insolubles. Je suis titulaire d'un MBA de la MIT Sloan School of Management où j'ai été Legatum Fellow for Entrepreneurship in Emerging Markets et d'un MPA de la Harvard Kennedy School of Government où j'ai été Adrien Cheng Fellow dans l'Initiative d'innovation sociale et de changement.


Contenu

TFA a été fondée par Wendy Kopp sur la base de sa thèse de premier cycle à l'Université de Princeton en 1989. Les membres de l'équipe fondatrice comprennent l'investisseur de valeur Whitney Tilson, ancien commissaire américain de l'Internal Revenue Service, Douglas Shulman et le président et chef de la direction du programme Knowledge Is Power (KIPP), Richard Barth.

Depuis la création du premier corps en 1990, plus de 42 000 membres du corps ont achevé leur engagement envers Teach For America. [4] En septembre 2015, l'organisation a atteint le cap des 50 000 membres du corps et anciens élèves, qui ont collectivement enseigné à plus de 5 millions d'étudiants à travers le pays. [5]

En janvier 2011, Wendy Kopp a sorti son deuxième livre, "Une chance de faire l'histoire", qui décrit ce qu'elle a appris au cours des 20 dernières années de travail dans l'éducation américaine. [6]

Teach For America recrute de récents diplômés universitaires et des professionnels pour enseigner pendant deux ans dans des communautés urbaines et rurales à travers les États-Unis. L'objectif de Teach For America est que les membres de son corps aient un impact à court et à long terme en amenant leurs étudiants à atteindre leur plein potentiel et en devenant des leaders à vie pour l'équité éducative. Les membres du Corps n'ont pas besoin d'être des enseignants certifiés, bien que des enseignants certifiés puissent postuler. Les membres du corps non certifiés reçoivent une certification alternative grâce aux cours suivis tout en terminant le programme. [7]

Tous les membres du corps sont tenus de suivre un programme d'entraînement intensif d'été pour se préparer à leur engagement. Les détails varient selon la région, mais comprennent généralement une introduction régionale de cinq jours, un institut résidentiel de cinq à sept semaines, y compris l'enseignement de l'école d'été, et une à deux semaines d'orientation régionale. [8]

Les enseignants de Teach For America sont placés dans des écoles publiques de zones urbaines telles que New York, Chicago, Detroit, La Nouvelle-Orléans et Houston, ainsi que dans des zones rurales telles que l'est de la Caroline du Nord et le delta du Mississippi. Ils servent ensuite pendant deux ans et sont généralement placés dans des écoles avec d'autres membres du corps Teach For America.

Les enseignants de Teach For America sont des membres à part entière du corps professoral de leurs écoles, recevant le salaire et les avantages sociaux normaux du district scolaire ainsi qu'un modeste « bon d'études » AmeriCorps (qui peut être utilisé pour payer des cours d'accréditation, couvrir des prêts étudiants antérieurs ou financer davantage formation pendant ou après l'engagement de deux ans). Ils n'adhèrent pas automatiquement à un syndicat, mais cela n'est pas interdit. Ils peuvent se joindre à des grèves syndicales même s'ils ne sont pas syndiqués, au prix d'une perte de salaire. [9]

Au début de 2015, Teach For America a signalé que 88 % de ses enseignants de première année revenaient pour une deuxième année. L'organisation a également signalé que plus de 11 000 de ses plus de 37 000 anciens élèves à l'époque enseignaient toujours et que 65% de ses anciens élèves travaillaient à temps plein dans l'éducation.

De plus, l'organisation a signalé que 84 % de ses anciens élèves travaillaient à temps plein dans des rôles ayant un impact sur l'éducation ou les communautés à faible revenu. [10] Cela comprend plus de 900 chefs d'établissement, plus de 100 dirigeants syndicaux élus et 250 dirigeants du système scolaire.

L'impact géographique de Teach For America s'est considérablement accru au cours des 25 dernières années. Desservant à l'origine seulement six régions, Teach For America est actif dans 52 régions depuis l'année scolaire 2015-16.

Pour la saison des candidatures 2016, cinq régions ont été classées comme « régions à haute priorité » ou régions ayant un besoin urgent de membres du corps. Les cinq régions sont : la vallée de Las Vegas, l'Oklahoma, le Mississippi, l'est de la Caroline du Nord et le nord-est de l'Ohio (la région de Cleveland).

Depuis la fondation de l'organisation, plusieurs études indépendantes ont été menées pour évaluer l'efficacité des membres du corps Teach For America par rapport aux enseignants qui sont entrés dans la profession enseignante via d'autres canaux.

Une étude de Mathematica Policy Research de 2015 a révélé que les enseignants de Teach For America produisent 1,3 mois de gains de lecture supplémentaires dans les classes de la maternelle à la deuxième année par rapport aux enseignants non TFA dans les mêmes écoles élémentaires. La même étude a également révélé que les enseignants de Teach For America dans 10 États sont aussi efficaces que les autres enseignants de mathématiques et de lecture. [11]

Une étude du Calder Center et des American Institutes for Research a révélé que les enseignants de Teach For America offrent aux étudiants de Miami l'équivalent de trois mois supplémentaires d'enseignement des mathématiques, sur la base d'analyses des résultats des tests imposés par l'État. [12]

Le projet de données stratégiques de Harvard a révélé en 2012 que les enseignants de Teach For America du district scolaire unifié de Los Angeles produisent 1 à 2 mois supplémentaires de résultats d'apprentissage en anglais et en mathématiques par rapport aux gains produits par d'autres enseignants novices. [13]

Des études menées en Caroline du Nord et au Tennessee suggèrent que Teach For America est la source la plus efficace de nouveaux enseignants dans les deux États, sur la base des résultats des élèves dans toutes les matières et niveaux scolaires. [14] [15]

Dans une étude de l'Urban Institute et du Calder Center en mars 2008, publiée dans le Journal des politiques publiques et de la gestion, les auteurs ont découvert que « les enseignants TFA ont tendance à avoir un effet positif sur les résultats des tests des élèves du secondaire par rapport aux enseignants non TFA, y compris ceux qui sont certifiés sur le terrain. Ces effets dépassent l'impact des années d'expérience supplémentaires et sont particulièrement forts dans mathématiques et sciences." [16]

Une autre étude réalisée par Mathematica en 2013 a révélé que les élèves des enseignants de Teach For America dans huit États apprennent 2,6 mois de plus de mathématiques dans le secondaire par rapport aux élèves enseignés par des enseignants non TFA. [17]

Une étude menée par le Département des audits et des comptes de Géorgie en 2015 a révélé qu'environ 85 % des élèves enseignés par les enseignants débutants de Teach For America respectaient ou dépassaient les normes de l'État, contre 70 à 74 % de ceux des classes d'enseignants débutants certifiés traditionnels. . Seulement 77 pour cent des enseignants chevronnés ont vu la même réussite chez leurs élèves. L'étude a contré la croyance de longue date selon laquelle la formation de cinq semaines de l'organisation a conduit à de mauvais résultats pour les étudiants. [18]

Selon une étude indépendante menée par Policy Studies Associates en 2011, près de 90 % des directeurs qui travaillent avec les enseignants de Teach For America ont déclaré des niveaux élevés de satisfaction à l'égard de Teach For America et ont noté que les membres du corps sont jugés aussi efficaces et, dans certains cas, plus efficaces. que, professeurs chevronnés dans leurs écoles. De plus, 87 % des directeurs ont déclaré que la formation des membres du corps Teach For America est au moins aussi efficace que la formation des autres enseignants débutants, et 53 % ont trouvé la formation des membres du corps plus efficace. [19]

Teach For America a remporté la plus importante subvention de près de 1 700 candidatures au concours de subventions Investir dans l'innovation (i3) du ministère de l'Éducation des États-Unis en 2010. Les 13 subventions de mise à l'échelle exigeaient des candidats qu'ils fournissent des preuves de réussite démontrées par le biais d'études objectives et méthodologiquement solides (par ex. , plans de recherche expérimentaux et quasi-expérimentaux) du rendement des élèves. [20] [21]

Une étude de 2018 dans le Revue américaine de science politique ont constaté que les personnes favorisées qui enseignent dans le cadre du TFA « adoptent des croyances plus proches de celles des Américains défavorisés » en raison de leur participation au TFA. [22]

Teach For America a été critiqué par des opposants qui prétendent que le programme remplace les enseignants expérimentés par de tout nouveaux employés qui n'ont eu que cinq semaines de formation pendant l'été, qui sont recrutés à des niveaux de salaire de débutant. [23] Cette critique s'applique à la grande majorité des nouveaux enseignants de Teach For America, bien qu'un petit pourcentage puisse avoir une certaine expérience dans l'éducation ou des diplômes supérieurs. Teach for America a répondu aux critiques de son programme de formation en introduisant un nouveau programme qui encourage les juniors des universités de premier cycle à suivre des cours de formation au cours de leur dernière année avant de mettre les pieds dans la salle de classe. [24]

Les syndicats d'enseignants critiquent régulièrement l'organisation, qu'ils considèrent comme une atteinte à la professionnalisation du secteur de l'éducation en faisant appel à des amateurs temporaires pour occuper des postes traditionnellement réservés aux professionnels certifiés. John Wilson, directeur exécutif de la National Education Association, a envoyé une note en mai 2009 indiquant que les dirigeants syndicaux « commençaient à voir les systèmes scolaires licencier des enseignants puis embaucher des diplômés de Teach For America en raison d'un contrat qu'ils avaient signé ». Wilson a poursuivi en disant que Teach For America fait entrer "les enseignants les moins préparés et les moins expérimentés" dans les écoles à faible revenu et en fait "l'enseignant de référence". [25]

États-Unis aujourd'hui a rapporté qu'en mars 2009, Peter Gorman, le directeur des écoles de Charlotte-Mecklenburg, en Caroline du Nord, a déclaré aux membres du conseil qu'en raison d'un engagement pris envers le programme, 100 enseignants de Teach For America seraient retenus malgré le fait que des centaines d'autres non -Les enseignants de Teach For America dans le district seraient licenciés. Cependant, la porte-parole de Teach For America, Kerci Marcello Stroud, a déclaré que ce serait une idée fausse de dire que les membres du corps de Teach For America déplacent des enseignants expérimentés. « Dans chaque région où nous envoyons des enseignants, nous ne sommes qu'une source, dit-elle. "Une fois qu'ils atterrissent, les membres du corps doivent passer un entretien d'embauche comme tout le monde." [25]

Les critiques de Teach For America ont également cité les résultats de l'étude de Mathematica Policy Research en 2004 comme une indication du manque d'efficacité de Teach For America (voir Impact sur l'éducation). Ces critiques affirment que bien que l'étude montre que les élèves enseignés par les enseignants de Teach For America ont de meilleurs résultats en mathématiques que ceux enseignés par des enseignants non-Teach For America, l'amélioration est très faible et qu'en outre, il n'y a pas de différence de performance en lecture entre les deux. groupes. [25]

Un article de 2010 publié par Campus Progress a suggéré que « le cours de formation fulgurant de TFA laisse les enseignants de TFA – ou « membres du corps », comme on les appelle – avec une expérience en classe insuffisante, avant de les jeter tête la première dans certains des districts scolaires les plus défavorisés du pays. ." [26]

Deborah Appleman, professeure d'études pédagogiques au Collège Carleton, a écrit dans un éditorial de 2009 pour le Star-Tribune de Minneapolis que "[i]implique dans l'approche de Teach for America est l'hypothèse insidieuse que quiconque connaît un sujet et est prêt à être avec des enfants peut enseigner - avec peu de formation." Elle a également contesté la structure « élitiste » de TFA. "L'histoire de TFA devient une sorte de récit de maître, une histoire de jeunes héroïques et altruistes qui se concentre beaucoup plus sur eux que sur la vie des enfants qu'ils se sont engagés à servir. Il y a une connotation élitiste dans la structure de TFA, la conviction que les meilleurs et les plus brillants peuvent faire une différence dans la vie des enfants moins fortunés, même s'ils ne sont pas professionnellement préparés à le faire." [27]

Kopp a déclaré lors d'une apparition à la radio à Seattle en 2001 que les étrangers comprennent souvent mal la fonction de TFA. «Nous sommes une organisation de développement du leadership, pas une organisation d'enseignement», a-t-elle déclaré. "Je pense que si vous ne comprenez pas cela, bien sûr, il est facile de tout déchirer." Les critiques affirment que ce commentaire montre que TFA existe davantage pour faire avancer la carrière de ses recrues que des étudiants qu'elle prétend aider. [28]

Teach For America Contre-récits : les anciens élèves s'expriment et s'expriment (Peter Lang, 2015), édité par T. Jameson Brewer et Kathleen deMarrais, était la première collection officielle de voix critiques d'anciens élèves. Chaque chapitre du livre, écrit par des anciens de TFA, met en lumière l'organisation. Avec des récits critiques couvrant toute la durée des 25 années d'activité de TFA, les chapitres sont organisés en trois grandes catégories : (1) la structure de recrutement, de formation et de soutien de TFA (2) l'approche de TFA en matière de diversité et (3) l'approche de TFA en matière de critique et Critiques.

En février 2019, plus de 300 anciens élèves de TFA ont signé une lettre s'opposant à ce que l'organisation fasse pression sur les jeunes enseignants pour qu'ils franchissent la ligne de piquetage lors de la grève des enseignants d'Oakland. Étant donné que les membres du corps TFA sont souvent membres d'AmeriCorps et que la grève est une activité interdite pour les membres d'AmeriCorps, les éducateurs TFA risquaient de perdre leur récompense AmeriCorps s'ils se mettaient en grève. [29]

Les anciens élèves notables de Teach For America comprennent :

    (Mississippi Delta '94), juge de circuit des États-Unis pour la Cour d'appel des États-Unis pour le cinquième circuit (Houston '92), co-fondateur de KIPP (Baltimore '05), sénateur de l'État du Maryland
  • Smokey Fontaine (Baltimore '93), écrivain, critique musical et éditeur américain (Phoenix '96), photojournaliste tué par un militant de l'Etat islamique en 2014 [30]
  • Nicholas Gilson (Nashville '11), fondateur et PDG de Gilson Snow (New York '90), acteur américain et mari de Mariska Hargitay (Philadelphie), représentant de la Chambre des États-Unis de Pennsylvanie (Houston '92), commissaire à l'éducation de l'État du Tennessee depuis avril 2011 à janvier 2015 (Mississippi Delta '97), sénateur de l'État du Colorado (Washington, DC '96), 2005 National Teacher of the Year , chanteur du groupe de rock indépendant Vampire Weekend (New York City '91), membre du conseil municipal de New York ( New York City '07), militant du mouvement Black Lives Matter et candidat à l'élection du maire de Baltimore en 2016 (New York '00), médaillé d'argent au sabre masculin en tant que membre de l'équipe d'escrime des États-Unis aux Jeux olympiques d'été de 2008 (Nouveau York City '07), activiste du mouvement Black Lives Matter et co-fondateur de Campaign Zero (Baltimore '92), ancien chancelier des écoles publiques du district de Columbia et fondateur de The New Teacher Project et StudentsFirst (Baltimore '94), conseiller principal pour Innovation pour Se secrétaire d'État Hillary Clinton, journaliste américaine d'origine iranienne (New York '07), sénatrice de l'État du Nebraska, 2018 Presidential Leadership Scholars et 2017 Ten Outstanding Young Americans (New York City '98), fondateur et président, fondateur et principal de Manhattan GMAT , The Equity Project (2010), surintendant de l'éducation de l'État de Louisiane depuis 2012

Teach For America a connu une croissance soutenue au cours des deux dernières décennies. Le graphique ci-dessous reflète cette croissance en mettant en évidence l'évolution de divers indicateurs de performance. [31] [32]

Année Nombre de candidats
Nombre de membres entrants du corps
# de régions
Budget opérationnel
2003 15,708 1,646 20 29,8 millions de dollars
2004 13,378 1,626 22 34,0 M$
2005 17,348 2,181 22 38,4 millions de dollars
2006 18,968 2,464 25 55,6 M$
2007 18,172 2,895 26 77,9 M$
2008 24,718 3,614 29 122,3 millions de dollars
2009 35,178 4,039 35 149 millions de dollars
2010 46,359 4,485 40 193 millions de dollars
2011 47,911 5,031 43 229 millions de dollars
2012 48,442 5,800 47 294 M$°
2013 57,266 5,961 48 239 millions de dollars
2014 50,276 4,500 50 321 millions de dollars
2015 44,181 4,100 [33] 52
2016 37,000 [34] 3,400 [35] 53
2017 49,000 [36] 3,500 [37] 53

° L'exercice 2013 a été une année fiscale raccourcie car Teach For America est passé à une année fiscale basée sur l'année scolaire. L'exercice 2013 a commencé le 01/10/2012 et s'est terminé le 31/05/2013. À compter de l'exercice 2014, l'exercice a commencé le 1er juin et s'est terminé le 31 mai de l'année suivante

En 2013, l'organisation a généré son plus grand bassin de candidats à ce jour, avec 57 000 personnes ayant postulé au programme. L'organisation a sélectionné environ 6 000 des candidats, ce qui porte son taux d'acceptation à moins de 11 pour cent, le corps le plus sélectif de son histoire. [38] Entre 2008 et 2013, les taux d'acceptation ont oscillé autour de 11 à 15 %. [39]

Entre 2014 et 2015, l'organisation a maintenu un taux d'acceptation de 15 % malgré la baisse du nombre de candidatures. [40]

Teach for America répertorie plusieurs de ses contributeurs importants sur son site Web. La liste comprend les fondations, les particuliers, les entreprises et les catégories publiques et investisseurs.

Parmi les plus grands donateurs de l'organisation se trouvent la Walton Family Foundation, qui fait un don à TFA depuis 1993. [41] En novembre 2015, la Walton Family Foundation a annoncé un don à TFA de 50 millions de dollars sur trois ans pour soutenir les efforts de recrutement et le développement professionnel des 4 000 nouveaux enseignants à travers le pays. [42]

Arthur et Toni Rembe Rock sont répertoriés comme donateurs champions sur le site Web de l'organisation, ayant fait don de plus de 5 millions de dollars. [43] Le prix annuel de l'innovation sociale de l'organisation est nommé en leur honneur. Le prix Arthur & Toni Rembe Rock de l'innovation sociale est ouvert aux membres actuels du corps TFA et aux anciens. Les gagnants reçoivent 100 000 $ pour créer des entreprises sociales axées sur l'éducation. [44]

En 2011, la Fondation Eli et Edythe Broad a été la première organisation philanthropique à s'engager dans le fonds de dotation avec une promesse de 25 millions de dollars et a fait appel à d'autres bailleurs de fonds pour égaler ce chiffre. Trois autres donateurs philanthropiques – la Fondation Laura et John Arnold, la Fondation Robertson et Steve Mandel – se sont mobilisés et ont chacun fourni 25 millions de dollars en fonds de contrepartie. [45]


Corps de la Paix

Définition et résumé du Peace Corps
Résumé et définition : Le Peace Corps a été officiellement créé le 1er mars 1961 sous la présidence de John F. Kennedy. L'organisation Peace Corps a envoyé de jeunes Américains pour effectuer des services humanitaires dans les pays sous-développés. Le programme Peace Corps visait à aider les pays en développement en relevant les défis de l'agriculture, de l'éducation, de l'environnement, de la santé, du développement des jeunes et du développement économique communautaire. Les volontaires du Peace Corps ont reçu une formation avant de passer deux ans dans les pays qui avaient demandé de l'aide. À la fin de 1963, des milliers de jeunes Américains s'étaient portés volontaires pour le Peace Corps, apportant une aide bienvenue dans plus de 30 pays. Le programme s'est étendu au fil des ans et de 1961 à nos jours, près de 220 000 Américains ont rejoint le Peace Corps au service de 140 pays. Le Peace Corps est l'un des héritages les plus durables de JFK.

Le Corps de la Paix
John F Kennedy était le 35e président américain qui a exercé ses fonctions du 20 janvier 1961 au 22 novembre 1963. L'un des événements importants de sa présidence a été le Peace Corps.

Faits sur le Corps de la paix pour les enfants
La fiche d'information suivante contient des faits et des informations intéressants sur Peace Corps

Faits sur le Corps de la paix pour les enfants

Faits sur le Corps de la paix - 1: Le programme Peace Corps remonte au 14 octobre 1960, lorsqu'en tant que sénateur, John F. Kennedy a mis les étudiants de l'Université du Michigan au défi de servir leur pays en vivant et en travaillant dans certains des coins les plus reculés du monde.

Faits sur le Corps de la paix - 2: Kennedy a mis la jeunesse américaine au défi de consacrer une partie de sa vie à vivre et à travailler en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Faits sur le Corps de la paix - 3: Le défi de JFK a inspiré les jeunes Américains et a déclenché un mouvement qui a conduit à la fondation du Peace Corps. En quelques semaines, les étudiants ont organisé une pétition rassemblant 1 000 signatures en faveur de l'idée de JFK.

Faits sur le Corps de la paix - 4: Entre son élection et son investiture, JFK a demandé à son beau-frère, Sargent Shriver, d'entreprendre une étude de faisabilité sur l'idée. Sargent Shriver est devenu plus tard le premier directeur de l'organisation.

Faits sur le Corps de la paix - 5: Quelques mois après son entrée en fonction en 1961, le président Kennedy a signé le décret 10924, le 1er mars 1961, pour « promouvoir la paix et l'amitié dans le monde » et prévoir la création et l'administration du Peace Corps.

Faits sur le Corps de la paix - 6 : Les objectifs du programme comprenaient d'aider les besoins des personnes des pays intéressés à rencontrer des travailleurs qualifiés et de promouvoir une meilleure compréhension entre les Américains et les peuples d'autres nations. Il était essentiel que tous les bénévoles soient protégés.

Faits sur le Corps de la paix - 7 : Les États-Unis étaient en pleine guerre froide et le président Kennedy, adhérant à la politique de confinement, était désireux de dissiper les images négatives des Américains et de répandre la bonne volonté dans le tiers-monde, contribuant ainsi à endiguer la croissance du communisme.

Faits sur le Corps de la paix - 8 : Les volontaires devaient être citoyens américains et l'âge minimum était de 18 ans. Les candidats devaient passer un test de placement d'"aptitude générale" et recevaient ensuite une formation pour entreprendre leur tâche de deux ans.

Faits sur le Corps de la paix - 9 : Le 28 août 1961, le président Kennedy a accueilli le premier groupe de volontaires à la Maison Blanche pour leur faire ses adieux personnels avant leur départ pour l'Afrique.

Faits sur le Corps de la paix - 10 : Le premier groupe de volontaires est parti pour le Ghana et la Tanzanie le 28 août 1961, avant que le programme ne soit officiellement autorisé par le Congrès le 22 septembre 1961.

Faits sur le Peace Corps pour les enfants
The following fact sheet continues with facts about Peace Corps for kids.

Peace Corps Facts for kids

Peace Corps Facts - 11: Volunteers lived and worked alongside local people sharing skills and forging friendships with local people and collaborating with local governments, communities, schools and, small businesses on community-based projects

Peace Corps Facts - 12: Volunteers were provided with housing and an allowance to cover food and other necessities and were expected to adopt a similar lifestyle to those living in the community..

Peace Corps Facts - 13: Life as a volunteer was not easy and volunteers faced many challenges including the problem of language barriers and poor living conditions.

Peace Corps Facts - 14: By 1966, the number of volunteers peaked, with more than 15,000 volunteers in 52 countries.

Peace Corps Facts - 15: The events surrounding the Vietnam War led to disillusionment with the government and interest in the program decreased as Peace Corps budgets were cut.

Peace Corps Facts - 16: When the Vietnam War ended in August 1973 enrollment to the program began to increase again. From 1961 - present nearly 220,000 Americans have joined the program serving in 140 countries

Peace Corps Facts - 17: The organization is more vital than ever as volunteers help individuals build better lives for themselves in disadvantaged countries.

Peace Corps Facts - 18: The Peace Corps remains as one of President Kennedy's most enduring legacies.

Peace Corps Facts for kids - President John F Kennedy Video
The article on the Peace Corps provides detailed facts and a summary of one of the important events during his presidential term in office. The following John F Kennedy video will give you additional important facts and dates about the political events experienced by the 35th American President whose presidency spanned from January 20,1961 to November 22, 1963.

Peace Corps - Facts for kids

Peace Corps - US History - Facts - Major Event - President Kennedy - Definition - American - US - USA - President Kennedy - America - Dates - United States - Kids - Children - Schools - Homework - Important - Facts - Issues - Key - Main - Major - Events - History - Interesting - President Kennedy - Info - Information - American History - Facts - Historical - Major Events - President Kennedy and the Peace Corps


Founding Documents of the Peace Corps

The founding of the Peace Corps is one of President John F. Kennedy's most enduring legacies. Yet it got its start in a fortuitous and unexpected moment. Kennedy, arriving late to speak to students at the University of Michigan on October 14, 1960, found himself thronged by a crowd of 10,000 students at 2 o'clock in the morning. Speaking extemporaneously, the presidential candidate challenged American youth to devote a part of their lives to living and working in Asia, Africa, and Latin America. Would students back his effort to form a Peace Corps? Their response was immediate: within weeks students organized a petition drive and gathered 1,000 signatures in support of the idea. Several hundred others pledged to serve. Enthusiastic letters poured into Democratic headquarters. This response was crucial to Kennedy's decision to make the founding of a Peace Corps a priority.

Today if you go to a Peace Corps recruiting office you will see that night commemorated in posters. Since then more than 150,000 citizens of all ages and backgrounds have worked in more than 130 countries throughout the world as volunteers in such fields as health, teaching, agriculture, urban planning, skilled trades, forestry, sanitation, and technology. How did Kennedy transform a campaign pledge into a new agency of the U.S. government? How does the Constitution delineate the legal processes by which a new vision can become a reality? This lesson offers an opportunity to teach students not only about Kennedy and the New Frontier, but also about how our Constitution works.

The origins of the idea for a Peace Corps are numerous and go back long before the Kennedy era. Religious organizations had sent missionaries to remote areas of the world for centuries, not only to preach but to teach trades and build schools. In 1904 the American philosopher William James formulated the idea for a peace army into which young Americans would be drafted in the service of peace rather than war. Since 1917 the American Friends Service Committee has sent Americans to work in refugee camps and to work on community projects. Franklin Roosevelt's Civilian Conservation Corps (1933) put young people to work for their country, and after World War II many private groups like the International Voluntary Service sponsored international work camps.

By 1960 two bills were introduced in Congress that were the direct forerunners of the Peace Corps. Representative Henry S. Reuss of Wisconsin proposed that the government study the idea, and Senator Hubert Humphrey of Minnesota asked for the establishment of a Peace Corps itself. These bills were not likely to pass Congress at the time, but they caught the attention of then-Senator Kennedy for several important reasons.

In contrast to Eisenhower's policy of "dynamic conservatism," which called for the maintenance of existing governmental programs but not the establishment of new ones, Kennedy foresaw a "New Frontier." Inspired by Roosevelt's New Deal, the New Frontier envisioned programs to fight poverty, help cities, and expand governmental benefits to a wide array of Americans. Having won the election of 1960 by a slim majority, Kennedy was only partly successful in pushing his programs through Congress. He revised the minimum wage to cover more workers, increased Social Security benefits, and pushed for the establishment of Medicare. After Kennedy's untimely death, it was left to President Lyndon Johnson to successfully negotiate the passage of new programs such as Medicare through Congress. Johnson's Great Society brought to fruition many of the ideas initiated by Kennedy in the New Frontier.

In foreign affairs Kennedy was also more of an activist than his predecessor. He viewed the presidency as "the vital center of action in our whole scheme of government." Concerned by what was then perceived to be the global threat of communism, Kennedy looked for creative as well as military solutions. He was eager to revitalize our program of economic aid and to counter negative images of the "Ugly American" and Yankee imperialism. He believed that sending idealistic Americans abroad to work at the grass-roots level would spread American goodwill into the Third World and help stem the growth of communism there.

Kennedy lost no time in actualizing his dream for a Peace Corps. Between his election and inauguration he ordered Sargent Shriver, his brother-in-law, to do a feasibility study. Shriver remembered, "We received more letters from people offering to work in or to volunteer for the Peace Corps, which did not then exist, than for all other existing agencies." Within two months of taking office Kennedy issued an executive order establishing the Peace Corps within the State Department, using funds from mutual security appropriations. Shriver, as head of the new agency, assured its success by his fervent idealism and his willingness to improvise and take action. But to have permanency and eventual autonomy, the Peace Corps would have to be approved and funded by Congress. In September 1961, the 87th Congress passed Public Law 87-293 establishing a Peace Corps. By this time, thanks to Kennedy's executive order and Shriver's inspired leadership, Peace Corps volunteers were already in the field.

The Peace Corps was not without its critics. Richard Nixon predicted it would become a haven for draft dodgers. To avoid this possibility, service in the Peace Corps provided young men with draft deferment, but not exemption. To allay fears that the Peace Corps would harbor secret agendas or become a tool of the CIA, Peace Corps volunteers are sent only to countries that request their services. Today any citizen at least 18 years old and in good health can apply, but he or she will be automatically disqualified for previous work with an intelligence agency.

President Kennedy felt a special bond with Peace Corps volunteers, and he welcomed them to the White House at every opportunity. They came to be known fondly as "Kennedy's kids." In his last State of the Union address Kennedy said, "Nothing carries the spirit of American idealism and expresses our hopes better and more effectively to the far corners of the earth than the Peace Corps." Today, several thousand Americans every year answer his call to "ask not what your country can do for you--ask what you can do for your country" by serving in the Peace Corps.

Autres ressources

Burner, David. John F. Kennedy and a New Generation. Boston: Scott, Foresman & Co., 1988.

Hapgood, David, and Meridan Bennett. Agents of Change: A Close Look at the Peace Corps. Boston: Little, Brown and Company, 1968.

Hoopes, Roy. The Complete Peace Corps Guide, Third Edition. New York: The Dial Press, 1966.

Luce, Iris, ed. Letters from the Peace Corps. Washington, DC: Robert B. Luce, Inc., 1964.

Reeves, T. Zane. The Politics of the Peace Corps & Vista. Tuscaloosa: The University of Alabama Press, 1988.

Schlesinger, Arthur M., Jr. A Thousand Days: John F. Kennedy in the White House. Boston: Houghton Mifflin Company, 1965.

Shriver, Sargent. Point of the Lance. New York: Harper & Row, Publishers, 1964.

The web site of the John F. Kennedy Presidential Library at http://www.jfklibrary.org/

The Web site of the Peace Corps at www.peacecorps.gov.

The Documents

Executive Order 10924
March 1, 1961


Click to Enlarge

National Archives and Records Administration
General Records of the United States
Record Group 11
National Archives Identifier: 300010

President Kennedy Greeting
Peace Corps Volunteers
August 28, 1961


Click to Enlarge

John Fitzgerald Kennedy Library
White House Photographs
Abbie Rowe, Photographer
National Archives Identifier: 194174

Public Law 87-293
September 22, 1961

Click to Enlarge

National Archives and Records Administration
General Records of the United States
Record Group 11
National Archives Identifier: 299874

President Kennedy Greeting
Peace Corps Volunteers
August 09, 1962

Click to Enlarge

John Fitzgerald Kennedy Library
White House Photographs
Abbie Rowe, Photographer
National Archives Identifier: 194180


The Peace Corps program was established by Executive Order 10924, which was issued by President John F. Kennedy on March 1, 1961. The program was legislatively authorized by Congress on September 21, 1961, with passage of the Peace Corps Act (Pub.L. 87–293). Between 1961 and 2013, over 215,000 Americans joined the Peace Corps. [1] The National Peace Corps Association, a nonprofit organization for Peace Corps alumni, established the Peace Corps Commemorative Foundation to advocate for a commemorative to honor the mission of the Peace Corps and the values on which it was founded. [2]

Previous commemorative legislative efforts Edit

Legislation to establish a Peace Corps commemorative was first introduced in the United States House of Representatives by Representative Sam Farr (D-California), a former Peace Corps volunteer, on December 3, 2009. Although the legislation passed the House, it was never adopted in the United States Senate and died at the end of the 111th United States Congress on December 22, 2010. [3]

On March 1, 2011, Farr introduced H.R.854, essentially the same legislation, in the House of Representatives. The bill never made it out of committee. In the Senate, Senator Rob Portman (R-Ohio) introduced S.1421, companion legislation lacking the "findings of Congress" statement in the House bill. S.1421 passed the Senate on December 30, 2012, but was never acted on by the House. It died at the end of the 112th United States Congress on January 3, 2013. [4]

Successful commemorative legislative effort Edit

Under the Commemorative Works Act of 1986, new memorials and monuments were banned on federal lands within the Washington, D.C., metropolitan region unless they received congressional authorization and passed through a lengthy and stringent site, design, and construction approval process. In early 2013, Ohio Governor Bob Taft (R), a former Peace Corps volunteer, asked Senator Portman to again sponsor legislation authorizing a Peace Corps Commemorative. [5] The legislation, S.230, was co-sponsored by Senator Mark Udall (D-Colorado) and introduced into the Senate on February 7, 2013. It was favorably reported by the Senate Committee on Energy and Natural Resources on April 22, 2013, and adopted with unanimous consent by the Senate on June 19, 2013. [6]

Companion legislation was introduced in the House of Representatives on February 28, 2013, by Representative Joseph P. Kennedy III (D-Massachusetts), a former Peace Corps volunteer and grand-nephew of President Kennedy. [7] [8] It was the first congressional bill sponsored by Kennedy. [8] The legislation (H.R.915) was co-sponsored by Representatives Farr, Tom Petri (R-Wisconsin), Mike Honda (D-California), and John Garamendi (D-California)—all former Peace Corps volunteers. It was favorably reported by the House Committee on Natural Resources and the House Committee on the Budget on January 23, 2104. [6]

H.R.915 differed from S.230 only in including a 10-point section on the "findings of Congress". To ensure swift passage of the legislation, the House moved to adopt the Senate bill rather than reconcile the two pieces of legislation in a conference committee. S.230 was approved by the House, 387-to-7, on January 13, 2014. [5] [9] President Barack Obama signed the legislation into law on January 24, 2014 (Public Law 113-78). [6]

About the final commemorative legislation Edit

PL. 113-78 is titled "Memorial to Commemorate America's Commitment to International Service and Global Prosperity". Section 1 of the Act authorizes the Peace Corps Commemorative Foundation to oversee the commemorative's design and construction, and allows it to be built on federally owned land in the District of Columbia and nearby areas. The memorial shall "commemorate the mission of the Peace Corps and the ideals on which the Peace Corps was founded." [10] Section 1 also requires the commemorative work to be established under the procedures of the Commemorative Works Act. No federal funds may be used to design or build the commemorative (a requirement imposed on all monuments, memorials, and statues since the mid-20th century), and the Peace Corps Commemorative Foundation is authorized to solicit contributions for the cost of design and construction of the commemorative. (Excess funds are to be deposited with the United States Treasury.) Section 2 of the Act required the legislation to comply with the Statutory Pay-As-You-Go Act of 2010.

Under the procedures established by the Commemorative Works Act (as amended), the site for any monument, memorial, or statue to be built on federal land in the D.C. region must be approved by the National Capital Memorial Advisory Commission (NCMAC). On May 6, 2014, the Peace Corps Commemorative Foundation (PCCF) submitted a preliminary site report to the NCMAC. The PCCF argued that the monument must be close to the "monumental core" (National Mall and its immediate environs) of Washington, D.C. It evaluated 16 different empty sites near the monumental core, and rejected 12 of them as being too distant from other monuments and memorials. It short-listed four sites: [11]

  • A trapezoidal site at the eastern edge of Georgetown bounded by Rock Creek Park, Pennsylvania Avenue NW, 26th Street NW, and M Street NW.
  • Two triangular sites bounded by H Street NW, 18th Street NW, and 19th Street NW. Pennsylvania Avenue NW runs northwest through the area, defining the two sites. These sites are north of the headquarters of the World Bank, and the northeastern site is currently Edward R. Murrow Park.
  • A triangular site bounded by Louisiana Avenue NW, 1st Street NW, and C Street NW. This site is adjacent to Upper Senate Park, and is a half-block southwest of the Memorial to Japanese-American Patriotism in World War II. It is currently Vincent R. Sombrotto Memorial Park.

The PCCF asked the NCMAC to approve the Louisiana Avenue site. [11]

In November 2014, the National Park Service recommended that the National Capital Planning Commission (NCPC) approve the Louisiana Avenue site for the commemorative. Although the smallest site (less than a quarter of an acre), it scored the highest on a Park Service ranking. The site was opposed by Advisory Neighborhood Commission 6C, which cited the loss of green space. The recommendation was submitted for the NCPC's December 2014 meeting. [12]


Records of ACTION

Established: As a U.S. Government corporation by Section 202 of the National and Community Service Trust Act of 1993 (107 Stat. 873), September 21, 1993. Although "Corporation for National and Community Service" is the legal name, the shortened form "Corporation for National Service" is commonly used.

  • In the Office of Economic Opportunity (OEO), Executive Office of the President: Office of Volunteers in Service to America (VISTA, 1964-71)
  • Office of Special Programs (National Student Volunteer Program, 1970-71)
  • Foster Grandparent Program (1965-71)
  • Retired Senior Volunteer Program (1971)
  • Peace Corps (1961-71)
  • Office of Voluntary Action (1969-71)
  • Service Corps of Retired Executives (SCORE, 1964-71)
  • Active Corps of Executives (ACE, 1969-71)
  • ACTION (1971-93)
  • Commission on National and Community Service (1990-93)

Functions: Administers all community-based service programs sponsored by the Federal Government including AmeriCorps and its component programs, Learn and Serve America, and the National Senior Service Corps and its component programs.

Finding Aids: Preliminary Inventory in National Archives microfiche edition of preliminary inventories.

Related Records:
Record copies of publications of ACTION in RG 287, Publications of the U.S. Government.
General Records of the Department of Housing and Urban Development, RG 207.
General Records of the Department of Health, Education, and Welfare, RG 235.
Records of the Office of Economic Opportunity in RG 381, Records of the Community Services Administration.
Records of the Peace Corps, RG 490.

362.2 Records of the Office of Voluntary Action (OVA) in the Department of Housing and Urban Development (HUD)
1968-71

Histoire:OVA established by Circular 1115.2, HUD, May 27, 1969, to assist the Secretary of HUD in carrying out responsibility for encouraging development of federal and non-federal voluntary activities. Became staff office of the Cabinet Committee for Voluntary Action (CCVA) pursuant to its establishment, by EO 11470, May 28, 1969, as an interagency body, chaired by the Secretary of HUD, to coordinate the government's use of volunteers. OVA also worked closely with the privately organized and funded National Center for Volunteer Action, established by presidential announcement, November 4, 1969, to encourage voluntary action in the private sector. Pursuant to the establishment of ACTION by Reorganization Plan No. 1 of 1971, effective July 1, 1971, OVA transferred to ACTION, effective July 1, 1971, by EO 11603, June 30, 1971, with CCVA abolished by same order. OVA redesignated Office of Voluntary Action Liaison.

Textual Records: Subject file, 1969-70, including correspondence, reports, and other records. Correspondence of the Executive Director, 1969-71. Correspondence with members of the Congress, 1969-71. Reading file, 1968-69, of staff member Elinor K. Wolf, responsible for coordinating voluntary efforts in the field of education. Staff memorandums, January-October 1969. Records relating to meetings, 1969-70. Correspondence, studies, and other records relating to various voluntary projects, 1969-70. Records, 1969-71, of the Rubella Task Force, which coordinated voluntary action to immunize children against rubella. Files of speeches and other public statements, 1969-70, mainly of CCVA members and OVA officials. Reference file of publications, 1969-71.

362.3 Records of ACTION
1965-77

Histoire: ACTION established as an independent agency pursuant to Reorganization Plan No. 1 of 1971, effective July 1, 1971, and EO 11603, June 30, 1971. Consolidated into ACTION, effective July 1, 1971, were domestic volunteer programs established in the Office of Economic Opportunity pursuant to the Economic Opportunity Act of 1964 (78 Stat. 508), August 20, 1964 (VISTA and National Student Volunteer Program) domestic volunteer programs established in the Department of Health, Education, and Welfare pursuant to the Older Americans Act of 1965 (79 Stat. 218), July 14, 1965, and the Older Americans Act Amendments of 1969 (83 Stat. 111), September 17, 1969 (Foster Grandparents Program and Retired Senior Volunteer Program) the international volunteer programs represented by the Peace Corps, established in the Department of State pursuant to EO 10924, March 1, 1961 and the volunteer action clearinghouse functions vested in the Office of Voluntary Action, Department of Housing and Urban Development, pursuant to EO 11470, May 26, 1969.

ACTION also assumed from OEO responsibility for providing logistical support to the volunteer programs of the Small Business Administration, SCORE (established April 1964) and ACE (established August 1969). ACTION responsibility for SCORE and ACE terminated, 1976.

Senior Companions Program established in ACTION, 1973. National Student Volunteer Program redesignated National Center for Service Learning, 1980 terminated and superseded by Student Community Service Projects, 1987.

Peace Corps separated from ACTION, 1982. (For an administrative history of the Peace Corps, see RG 490.)

ACTION's functions ordered transferred to newly established Corporation for National and Community Service (CNCS) no later than March 22, 1995, by Section 203 of the National and Community Service Trust Act of 1993 (107 Stat. 892), September 21, 1993. ACTION abolished by Presidential Proclamation 6662, April 4, 1994 (3 CFR, 1994 ed., 22). See 362.1.

Textual Records: Records, 1965-77. Region V training files, 1975-76, and administrative files, 1974-76 (in Chicago).

362.4 Records of the Commission on National and Community Service
1993

Histoire: Established by Subtitle G of Title I of the National and Community Service Act of 1990 (104 Stat. 3168), November 16, 1990. Made grants, mainly to community-based organizations, for development of programs that would involve Americans of all ages in community service. Abolished by Section 202 of the National and Community Service Trust Act of 1993 (107 Stat. 888), September 21, 1993, with functions transferred to CNCS. See 362.1.

Color Slides: Summer of Service program "kickoff" held on June 20, 1993, at Treasure Island Naval Base in San Francisco, CA (SS, 284 images).

362.5 Motion Pictures (General)
1964-71

Films documenting such activities as the Head Start Program, the preparation of various VISTA television spot announcements, and the Foster Grandparent Program, 1964-71 (32 reels).

362.6 Sound Recordings (General)
1971-81

Slide and audio cassette presentations featuring ACTION volunteer programs, 1971-81 (AV, 4 items).

362.7 Still Pictures (General)
1964-89

Photographs: VISTA volunteer file, 1964-79 (V, 29,057 images). VISTA subject file, 1964-79 (VS, 15,452 images).

Color Slides: Recruiting presentations for the Peace Corps, VISTA, and Senior Companion Program, 1971-81 (AV, 416 images).

Posters: Recruiting posters for domestic volunteer programs, 1987-89 (VP, 16 images).

Bibliographic note: Web version based on Guide to Federal Records in the National Archives of the United States. Compiled by Robert B. Matchette et al. Washington, DC: National Archives and Records Administration, 1995.
3 volumes, 2428 pages.

This Web version is updated from time to time to include records processed since 1995.


Founded in 1979 and headquartered in Washington, D.C., the National Peace Corps Association (NPCA) is a nonprofit organization at the center of a vibrant and united community of 215,000 individuals who share the Peace Corps experience. The NPCA champions a lifelong commitment to Peace Corps ideals by connecting, engaging and promoting its members and member groups as they continue to make a difference in communities in the U.S. and around the world. NPCA is also dedicated to advocating for, contributing to, and supporting the betterment of the Peace Corps.

NPCA encompasses a network of over 30,000 Returned Peace Corps Volunteers and more than 140 member groups. NPCA and its affiliates produce global education programs and advocacy campaigns, and provide community, national, and international services. It is governed by a board of directors and managed by a professional staff. NPCA is separate from the United States Peace Corps, which is a federal agency.

At conferences of global educators in the Midwest in the mid-1970s, a handful of Returned Peace Corps Volunteers began meeting regularly to discuss how to promote at home the values and lessons they had learned as Peace Corps Volunteers in the developing world. They adopted as their mission one of the three goals articulated by President John F. Kennedy when he created the Peace Corps in 1961: come home and teach your neighbors about the communities where you served. They gave the growing numbers of returning Peace Corps Volunteers in America a continuing mission and a communal identity as Returned Peace Corps Volunteers (RPCVs). [1] [2]

In 1979, these global educators joined with leaders of communities of RPCVs in New York and Washington, D.C. to create the National Council of Returned Peace Corps Volunteers (incorporated 1981). In 1993, we changed our name to the more inclusive National Peace Corps Association (NPCA).

Upon their return from overseas, RPCVs continue to receive recognition from several organizations. 120,000 RPCVs accepted the Beyond War Award in 1987 [3] in honor of their commitment to nonviolence. Through their participation in volunteer projects or other endeavors, many RPCVs remain active in the Peace Corps community today. NPCA has encouraged and recognized outstanding service by members of the Peace Corps community by awarding over 20 Sargent Shriver awards for distinguished humanitarian service. We also recognize achievements with the Loret Miller Ruppe Awards that honor outstanding community service in the US and Latin America, Eastern Europe, the Middle East, Africa, and Southeast Asia.

In response to the 1994 genocide in Rwanda, NPCA created the Emergency Response Network (ERN) of Returned Peace Corps Volunteers willing to respond to crises when needed. Peace Corps Director Mark Gearan subsequently modeled the Crisis Corps (later renamed Peace Corps Response) after this successful program.

In 2002, NPCA was nominated for the Nobel Peace Prize, along with the Peace Corps.

Members of our organization continue to testify on Peace Corps legislation and key issues like safety and security, and our 2003 advocacy campaign helped garner the largest appropriation ever in Peace Corps history: $308 million for FY2004, plus another $15 million for Peace Corps HIV/ AIDS activities.

In 2005 NPCA scored a crucial and significant victory for the independence of the Peace Corps and safety of Volunteers when it successfully coordinated the removal of Peace Corps references from military recruitment legislation.

In coordination with the Returned Peace Corps Volunteers of Washington, D.C., NPCA organized 200 Returned Peace Corps Volunteers to march in President Barack Obama’s Inaugural Parade [4] on January 20, 2009.

NPCA has played an important advisory role to Returned Peace Corps Volunteers seeking the return of Peace Corps programs to their countries of service, as in the recent cases of Sierra Leone and Indonesia.

In 2009, the National Peace Corps Association launched Peace Corps Connect', a website and online social networking platform to help current and Returned Peace Corps Volunteers connect with each other and share ideas about projects, events, careers, and advocacy issues.

The same year, NPCA launched Africa Rural Connect, its online collaboration space that brings together those who have lived and worked in Africa – including the African Diaspora, rural farmers and Peace Corps volunteers – to discuss solutions to agricultural challenges in sub-Saharan Africa.

Throughout its history, the NPCA has endeavored to hold an annual event, ranging from large conferences and celebrations for major Peace Corps anniversaries to annual general meetings to satisfy bylaws requirements.

Oct. 1978 — Omaha, Nebraska (Red Lion Hotel) This gathering predates the founding of NPCA

Oct. 1979 — Omaha, Nebraska (Red Lion Hotel) This gathering is marked as the founding of NPCA, when the bylaws were formalized and signed by the charter members.

Oct. 1980 — Omaha, Nebraska (Red Lion Hotel)

1981 — Washington, DC (20th Anniversary of Peace Corps the first of the major PC anniversary conferences and always held in Washington, DC Red Lion Hotel)

June 1982 — Los Angeles, CA (University of California-Los Angeles)

1983 — Denver, CO (Denver University)

1984 — Boston, MA (Emmanuel College)

1985 — Atlanta, GA (Georgia Tech University)

July 1986 — San Antonio, TX (Trinity College)

Sept. 1986 —Washington, DC (25th Anniversary of Peace Corps held on the Mall)

1987 — Madison, WI (University of Wisconsin-Madison)

1988 — Boulder, CO (University of Colorado)

1989 — Kent, OH (Kent State University)

1990 — Eugene, OR (University of Oregon and Hilton Hotel)

Aug. 1991 — Washington, DC (30th Anniversary of Peace Corps held on the Mall)

1992 — Fayetteville, AR (University of Arkansas-Fayetteville)

1993 — Berkeley CA (University of California-Berkeley)

1994 — Atlanta, GA (CNN Center and Omni Atlanta Hotel)

1995 — Austin, TX (University of Texas-Austin)

Mar. 1–3, 1996 — Washington, DC (35th Anniversary of Peace Corps Mayflower Hotel)

1996 — Shawnee-on-Delaware, PA (Resort Hotel)

July 10–13, 1997 — San Diego, CA (Town & Country Hotel and Conference Center)

1998 — Columbus, OH (The Ohio State University)

1999 — St. Paul, MN (University of Saint Thomas)

Aug. 11–13, 2000 — Shawnee-on-Delaware (Resort Hotel)

Sept. 21, 2001 — Planned for Washington, DC, canceled because of attacks on World Trade Center and Pentagon

June 20–23, 2002 — Washington, DC (40th+1 Anniversary of Peace Corps Onmi Shoreham Hotel)

Aug. 1–3, 2003 — Portland, OR (University Place Hotel and Conference Center)

Aug. 5–8, 2004 — Chicago, IL (Palmer House Hilton)

2005 — Annual General Meeting in Washington, DC

Sept. 14–16, 2006 — Washington, DC (45th Anniversary of Peace Corps)

June 30, 2007 — Annual General Meeting in Washington, DC

Oct. 3–4, 2008 — San Francisco, CA (Jewish Community Center)

June 30, 2009 — Annual General Meeting in Washington, DC

June 26, 2010 — Annual General Meeting in Washington, DC

Sept. 21–25, 2011 — Washington, DC (50th Anniversary of Peace Corps, Georgetown University, National Theater, Ronald Reagan Building)

June 27–July 1, 2012 — Minneapolis, MN (Minneapolis Convention Center)

June 26–29, 2013 — Boston, MA (Harvard University Medical School)

June 20–21, 2014 — Nashville, TN (Vanderbilt University and Country Music Hall of Fame)

June 4–6, 2015 — Berkeley, CA (University of California-Berkeley)

Sept. 21–25, 2016 — Washington, DC (55th Anniversary of Peace Corps George Washington University)

August 4–6, 2017 — Denver, CO (University of Denver)

August 23–25, 2018 — Shawnee-on-Delaware, PA (Resort)

June 20–22, 2019 – Austin, TX (University of Texas-Austin)

July, 2020 – Seattle, WA (canceled)

Sept., 2021 — Washington, DC (60th Anniversary of Peace Corps)

Presidents’ Forum meetings for affiliated group leaders were held in conjunction with each annual meeting beginning in 1990 at the Kent State University. This event changed title to Group Leaders’ Forum at the 2005 annual meeting in Washington, DC.

WorldView, a magazine of news and comments about the Peace Corps world, is published four times a year by NPCA. Each issue provides a Peace Corps perspective to global issues by featuring articles by and about Peace Corps Volunteers, Returned Peace Corps Volunteers and people who "share the global values of the Peace Corps experience".

Peace Corps Connect is the annual conference of the Peace Corps community. The 2014 event was held in Nashville, Tennessee from June 19–21, 2014. The 2015 will be co-hosted with the Northern California Peace Corps Association in Berkeley, California in early June.

Africa Rural Connect is an online global collaboration project to solve rural Africa's greatest challenges. It enables Africans, Peace Corps Volunteers, and anyone else with a connection to Sub-Saharan Africa to add their voice and build upon the ideas of others. The ARC Project introduces and encourages a new form of collaboration in order to identify creative, new plans to deal with the fundamental problems of agricultural development and rural poverty in Sub-Saharan Africa. With the technology, motivation and experience, the more people that get involved, the more creative the plans will become, and the greater exposure of the best ideas to improve development. The online contest will jump-start ideas which will form practical plans that, in turn, may gain public exposure, influence public policy and perhaps win financial support for implementation. The project aims to face the real needs, identify problems and take action with practical, timely, cost-effective local solutions. The best action plan wins a grand prize, including opportunities to meet with leaders in the development community to discuss bringing those ideas to life.

RPCV Mentoring Program assists returning volunteers with their transition from Peace Corps service. The program's fundamental goal is to connect recently returned Peace Corps Volunteers with RPCV mentors one year after close of service. These mentors help ease the difficult transition and provide a connection to the RPCV community at large, adding a level of comfort. They supply advice, key networking contacts, share experiences and adjustment issues, offer guidance on further education, review resumes, assist with career planning and promote the many resources available to RPCVs in an effort to transition them from serving abroad to serving at home.

The National Peace Corps Association produces a number of electronic newsletters to connect, inform and engage the Peace Corps community. All three are open to the public to subscribe.

NPCA News is sent on the third Thursday of each month (except August).

GlobalEdNews is sent one to three times a month (except during the summer) to anyone interested in bringing global issues into classrooms and communities

NPCA Advocacy is sent periodically with action alerts and the latest news on legislation affecting the Peace Corps community.

Over 140 Peace Corps alumni groups are affiliated with the NPCA. Most of the groups are based in local communities, and others are based on the country of Peace Corps service (called "Friends of" groups). In addition, some networks are based on shared interests. Groups promote global education, provide services in their communities and work with Peace Corps recruiting offices to support recently returned Peace Corps volunteers. Many support development projects overseas, and they sponsor forums and publications for information and issue discussions.

-B- Baltics, Belize, Benin, Bolivia, Botswana, Bulgaria, Burkina Faso

-C- Cameroon, China, Colombia, Congo (Zaire), Costa Rica, Côte d'Ivoire

-E- Eastern Caribbean, Ecuador, El Salvador, Eritrea, Ethiopia

-G- Gabon, Gambia, Georgia, Ghana, Guatemala, Guinea, Guyana

-M- Macedonia, Malawi, Malaysia, Mauritania, Micronesia, Mongolia, Morocco

-P- Pakistan, Panama, Paraguay, Peru, Philippines

-S- Samoa, Senegal, Sierra Leone, Swaziland

-T- Tanzania, Thailand, Togo, Turkey, Turkmenistan

-A- Anchorage AK, Fairbanks AK, Birmingham AL, Phoenix AZ, Tucson AZ

-C- Los Angeles CA, Northern CA, Orange County CA, Sacramento CA, San Diego CA, Santa Barbara CA, Inland Southern CA, Ventura County CA, Denver CO, Connecticut

-D- Delaware, District of Columbia

-F- First Coast FL, North FL, South FL

-I- Idaho, Chicago IL, Northeastern IL, Central Indiana, Iowa

-K- Kansas City Area, South KS, Kentucky - Statewide, KY/IN-Kentuckiana

-M- Maryland, Boston MA, Central MO, Kansas City MO, Southeastern MI, West MI, Minnesota, Saint Louis MO, Big Sky MT, Western MT

-N- Nebraska, New Jersey, Southern Nevada, New Mexico, Charlotte NC, North Carolina, Western NC, Wilmington NC, Winston-Salem NC, Long Island NY, New York NY, Northeast NY, Rochester NY, Western NY

-O- Athens OH, Central OH, Cincinnati OH, Northern OH, Southwestern OH, Oklahoma, Eugene OR, Portland OR


Voir la vidéo: Reformierakonna ajalugu 2004 (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Nikogis

    C'est conforme, c'est la pièce admirable

  2. Khachig

    Je suis désolé, mais, à mon avis, ils se sont trompés. Nous devons discuter. Écrivez-moi en MP.

  3. Olamide

    Comme un joli message

  4. Gotthard

    Je pense que tu as tort. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.

  5. Jarred

    Je ne peux pas participer maintenant à la discussion - c'est très occupé. Je serai libre - j'exprimerai nécessairement l'opinion.

  6. Crandall

    Vous faites une erreur.

  7. Thain

    Je suis ici par hasard, mais je me suis spécialement inscrit sur le forum pour participer à la discussion sur ce sujet.

  8. Mauricio

    Bien écrit.

  9. Ignacy

    Je crois que vous faites une erreur. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.



Écrire un message